Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 17:35
Ce texte a été écrit en réponse à l'exercice 37 de la communauté Ecriture Ludique. Il s'agissait d'écrire en s'inspirant de l'image ci-dessous, sans autre contrainte que son imagination


"Ombre et rocher" - Alexandre Koening
Bonjour Monsieur ! Dis, tu m’entends, toi ?

Tu es devant le mur et tu regardes mon ombre, tu as l’air sérieux, triste aussi, comme maman le jour où papa n’est pas revenu, et qu’elle s’est cachée pour pleurer. Après c’est elle qui n’est pas revenue, et je suis restée ici avec tante Alice.

Il n’y avait déjà plus école depuis longtemps, c’était la guerre, même si je ne sais pas trop ce que c’est. Des jeux de grands, m’a dit Tante Alice. Moi je jouais devant le mur de la cour, et puis les grands jouaient à la guerre. J’aimais bien l’idée d’un monde où tout le monde jouait, mais tante Alice n’avait pas l’air de mon avis. Tu comprends, toi ?

Toute la journée, je promenais mon ombre de haut en bas du petit chemin, et plus le soleil était haut, plus elle se projetait loin. Je rêvais qu’un jour elle aille si loin qu’elle se détache de moi, et que je n’ai plus d’ombre du tout. Tous les soirs, elle se cachait dans le noir, mais ce n’était pas pareil, je savais qu’elle était là.


Tu ne dis rien, Monsieur, mais j’ai l’impression que tu m’écoutes, toi, même si tu ne le montres pas. Les autres passent devant le mur tous les jours, ils sont beaucoup, mais je ne crois pas qu’ils font attention à ce que je leur dis. Toi tu as l’air différent, je t’aime bien avec tes grands yeux au bord des larmes. Mais il ne faut pas pleurer, tu sais, je suis content moi ! Mais je m’ennuie un peu, j’aimerais bien que tu me ramènes à la maison maintenant. Tends-moi la main, et amène-moi jusqu’à la porte, juste là-bas. Sans toi je n’y arriverai pas.

C’était un jour de plein soleil, comme aujourd’hui. Soudain, il y a eu un grand bruit, et plus du tout de lumière. Il a fait chaud, si chaud… puis froid, si froid… et puis j’ai continué à bouger, mais mon ombre est restée là, figée sur le mur, et plus je tentais de m’éloigner, plus j’avançais lentement. Alors, je suis revenu, et ça allait mieux. Mais je ne peux pas faire plus de 10 pas dans chaque direction. Je n’ai pas quitté le chemin depuis, ça fait longtemps.


Non, ne t’en va pas, Monsieur, attends !!! Tu m’entends ! Prends ma main et emmène-moi ! Je voudrais voir autre chose que ces visages qui défilent tous les jours, tu comprends ?

Pitié, ne t’en va pas…

10/04/2008

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Ca mériterait une mise en scène japonaise. C'est très fort comme texte, tendre, désespéré, poignant et très graphique. Tout y est est, la perte, l'abandon, la solitude et la fatalité qui y est rattachée.Très beau.
Répondre
M

Merci pour ta lecture, et ce commentaire riche, qui me touche beaucoup... je n'avais pas pensé à la mise en scène japonaise, bien que (évidemment) je m'inspire d'une thématique qui parle sans doute
plus à des japonais qu'à nous, occidentaux...


K
Quel plaisir de retrouver cette écriture...J'aime tout dans ton  texte : Les mots, le ton, le fond, les personnages...Donne nous en ecore de ce plaisir....
Répondre
M

Merci Maître :-) Venez de toi, j'apprécie à sa juste valeur :-)

Et ne t'inquiète pas, j'écrirai encore :-)


S
Bravo, très joli texte dont on ne détache pas le regard... poursuivez surtout... l'ombre restera mais elle sait se faire légère... A bientôt
Répondre
M

merci beaucoup... :-)


B
quelle étrange histoire tout de même...
Répondre
M

J'avoue, j'adore l'étrange :-) Mais il se peut que je finisse par lasser... on verra :-)


G
beaucoup de tendresse dans ce texte qui nous incite à garder espoir même dans les situations désespérées
Répondre
M

ravi (même si un peu surpris) que ce texte t'ait inspiré ce sentiment :-) Merci pour ta lecture et pour le partage de ressenti :-)