Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 09:31
Et la poussière retourne à la poussière... mais la transition est progressive. D'abord la vie dissout, dilue peu à peu. Et ce qui résiste, la mort le brise. Mais en vérité il ne reste que peu, car, au fil du temps, le vent souffle, la foudre fragmente l'âme, des pans entiers s'égarent on ne sait trop où...

Ils disent qu'on n'y perd ainsi que des illusions, en chemin. Moi, je sais que c'est le goût de vivre lui-même qui se décompose. Juste comme une petite gorgée d'un alcool très fort : on fait durer, on sent toutes les nuances, mais à la fin il ne reste quand même que la brûlure, et un mauvais goût en bouche.
L'alcool a ses gueules de bois, la vie son cercueil. C'est plus définitif, mais ce n'est pas la même matière pour rien.

On perd l'envie, donc... et derrière, la mort qui vient est une délivrance, et plus même : une raison d'espérer et craindre, encore, à nouveau. Une nouvelle aventure, un peut-être. Plus du tout une fin.

Tout est relatif.

Pourtant, il reste la peur, au moment d'éteindre la lumière. Pas de mes propres pensées, oh non... Depuis le temps, on se connait trop bien elles et moi, on se respecte je dirais. Chacun sa tranche horaire, et tout va bien dans le meilleur des mondes. Non, c'est plutôt l'angoisse diffuse que ce soit la dernière fois : ne plus jamais ouvrir les yeux sur la lumière, ne plus me sentir respirer, ni le moindre craquement dans les os, la moindre douleur.
Et puis le lever du soleil. Etonnant comment au crépuscule d'une vie, on en vient de plus en plus à guetter l'aube, à s'en emplir jusqu'à déborder, comme s'il était encore possible de tout recommencer, comme si...


Mais non, je ne pleure pas, fils ! Seulement un peu mal aux yeux
Apporte-moi mes lunettes, s'il te plaît.


Voilà... Où en étais-je ? Ah oui, le lever du soleil.
Ce matin, pour la première fois depuis 30 ans, je l'ai manqué. Pas très grave, peut-être, mais c'est maintenant, alors que les heures me sont comptées, précisément maintenant que j'en aurais eu le plus besoin. Comme de toutes ces petites choses que l'on vous refuse si "raisonnablement" ici. Et rien n'est jamais très grave, non, personne pour s'en plaindre de ceux qui sont passés entre ces murs.

Et pour cause !

Mais ne perdons pas de temps avec ces détails. L'essentiel est ailleurs, qui n'attendra plus très longtemps.

Je me suis souvent interrogé sur les dernières minutes de la dernière heure. Nous y voilà.


Non, ne pleure pas s'il te plaît. Sinon je vais recommencer aussi...


Tu es là, à mes côtés, mon enfant, le plus beau cadeau que la vie puisse faire à un homme. Parfois amer, surtout quand on a tellement peur de mal faire que l'on fait n'importe quoi.
A te voir, là, on dirait quand même que je ne m'en suis pas si mal tiré. Mais il faut bien avouer que si ta mère n'avait pas été là pour rectifier le tir...

Maria.

Elle m'a tant manqué, tu sais ? Ne pleure pas. Il y a un après, bien sûr qu'il y en a un. Aujourd'hui, c'est le début de mon éternité auprès d'elle.
Nous t'attendrons. Le plus longtemps possible.


Allez, embrasse-moi, et laisse-moi faire mon dernier pas, seul, comme je pense qu'on doit tous l'être pour pouvoir le réussir. Je ne voudrais pas arriver devant ta mère en trébuchant ! Tu la connais, avec sa façon de se moquer, si douce...



Le vieil homme est seul maintenant. Avec son grand verre d'eau, ses toutes petites pilules, sa vie entière dans un prénom qu'il murmure, une dernière fois, avant d'avaler.

Son cancer déjà loin derrière lui.

Son fils juste à côté, derrière la vitre, le regarde les yeux noyés. Et lui respire à fond. Encore une fois.

Puis ferme les yeux.

Partager cet article

Repost0

commentaires

nadouce 13/05/2008 12:58

Il met difficile de rester à la porte de tes mots. Pourtant, je sais combien il est troublant pour toi que l’on puisse s’engouffrer dans tes textes. Cette fois ci encore, si je m’écoutais…. Non ! te dire simplement mais avec admiration combien tes mots sont puissants et traitent sans détour un sujet, sensible à mon cœur…. Mais pas uniquement au mien bien sûr !
De toi, Faux Rêveur… de toi, j’apprends la patience.. J’apprends la modération…
Ton texte est magnifique….  

Michel - Faux rêveur 16/05/2008 17:16


Troublant oui c'est le mot... et ça le sera toujours. Tant mieux d'ailleurs, parce que quand on commence à s'habituer à ça, on commence à se prendre au sérieux, et je ne veux pas commencer à
Môssieur L'Ecrivain Qui S'y Croît...
Ca me trouble aussi quand tu me dis que tu apprends de moi des qualités que dans ma vie de tous les jours je n'ai pas... ;-)
Ca me trouble toujours qu'on aime autant mes mots que toi, qu'on me l'exprime ainsi, mais ça me touche énormément, ça me motive à continuer à écrire quand les idées viennent... donc merci à toi...
et ne retiens jamais tes mots, même si tu les trouves trop...


Fabienne 10/05/2008 19:29

je ne connaissais pas votre blog et je découvre une sensibilité et un regard, comment dire, pas triste, non, réaliste, encore je n'aime pas l'abrupt de ce mot qui gomme la poésie de la vie. Je reviendrai sans doute vous visiter, merci pour ces instants en suspens

Michel - Faux rêveur 16/05/2008 17:04


Merci à vous pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur. Réaliste, oui... je ne trouve pas le mot trop abrupt. Que dire d'autre ? Observateur ? Critique (dans le bon sens du terme, qui observe
et cherche à comprendre) ? Ce n'est pas mieux.
Ces pages sont là pour être visitées, n'hésitez pas à revenir... :-)


petitechouette 04/10/2007 13:14

TELLEMENT réel, que je ne sais quoi dire, c'est trés beau, trés triste, mais tout le monde fera le dernier pas!!!! n'est ce pas???c'est la première fois que je viens sur ton blog, par l'intermèdiaire de Camomille, une dame avec un blog super aussi, j'adore merci et à bientot peut etre

Michel - Faux rêveur 04/10/2007 13:21

Merci pour ta visite et tes compliments :-)oui en effet, tout le monde le fera, le tout est de pouvoir le faire en paix avec la vie que l'on a vécue, avec soi-même, et sans peur...

File 14/09/2007 14:44

Sensible et réaliste, je suis scotché!Merci

Faux rêveur 14/09/2007 14:47

merci à toi...

Gothikarti 13/08/2007 19:49

oh j'adore... c'est trop bien écrit... et on voit tout... je vois le fils en train de pleurer... ah c'est trop... j'en rafole...bisous

Faux rêveur 13/08/2007 20:08

:-)