Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:52
L'amour est mort
Et si parfois tu sens
Quelque chose de plus fort
Que l'absence, si tu sens
Encore
Quelque chose qui vibre comme avant
Pourtant
L'amour est mort

En tout cas
Cet amour-là

Qui bravait tous les interdits
Les règles des autres, les murs
Cet amour-là aura tout dit
Du silence amer jusqu'aux cris
Qui n'auront pas brisé les armures
Et moi j'aurai tout écrit
Jusqu'à ne plus pouvoir que me répêter

Cet amour-là est mort à tes pieds

Dans mes souvenirs de toi, quand
Nos bras remplaçaient la lumière
Quand tes yeux valaient tous les diamants
Quand il n'y avait rien à taire
Ni rien à dire, quand
Tout se résumait à défaire
Nos liens de mauvais sangs
Et ne plus regarder en arrière

Cet amour-là aurait pu tout faire

Mais il est mort crois-moi
La cruauté est bien de ce monde, même si
Nous n'avons pas renoncé au delà
L'enfer est bien ici

Et mois après mois, comme aujourd'hui
Nous agitons les cendres, dans l'espoir
Que le phénix libère nos nuits
Que dans le miroir
Nous soyons deux et pas
Que dans nos mémoires
Mois après mois
Nous parlons d'amour, celui-là
Mort je te jure, c'est à n'y pas croire
Puis aussi parfois

Quand un ciel plus clair fait un chemin plus droit
D'un autre amour aussi qui ne finira pas



Et nous continuons parce que c'est écrit
Parce que c'est la seule vérité
Parce que nous finirons bien par être réunis

Parce que jamais ne se chiffrera en mois
La résistance de notre amour à toi et moi

Qui n'est pas mort, juste cet amour-là
Qui ne voyait rien autour
Un allez sans retour
Juste un début, qui n'aura pas suffi
Mais qu'importe, ce n'était qu'un début
Et aujourd'hui
L'amour le vrai est un rébus
Que tu lis si bien
Quand nos rires oublient que nous sommes si loins
Quand nos peaux oublient
que c'est impossible à ce qu'ils disent
Et que tu me serres et que j'oublie
La vie qui nous tyrannise ...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Isabeau 11/06/2006 21:00

... ça c'est une vie parallèle, nous devons tous en avoir une très certainement...