Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 21:30
Ce texte répond à la double contrainte d'une liste de mots, et de l'exercice du jour de la communauté Ecriture ludique, écriture autour d'une image, et tentera dans les prochains épisodes de répondre également à deux autres thèmes d'atelier d'écriture : introduire les notions d'"Equilibre" et de "Vide" comme axe central de tout ou partie du texte.

Ce texte est donc à suivre. Je ne saurais pas dire combien de parties il y aura, elles ne sont pas encore écrite. De la même façon, je ne peux pas donner de dates pour la parution de la suite, mais je ferai le plus vite possible.

#018 Marianne
miséricorde, vulgarisation, opium, pierre, lune, ordinaire, sensibilité, peuple, grenouille, responsable

Ce texte fait partie du recueil "Braises" (projet "logorallyes").
L'ensemble des listes reçues dans le cadre du projet, et ce que j'en ai fait jusqu'ici, est consultable ici .



Marc Dorin ne savait pas s'il devait regretter d'être venu à ce spectacle, dont pourtant il attendait tant. Les lumières n'étaient pas encore éteintes, et il venait seulement de s'installer à sa place réservée, sous la surveillance attentive des responsables de la salle. L'encadrement quasi militaire le mettait mal à l'aise, tout comme le résultat de ce placement si particulier des spectateurs, déterminé le jour de l'achat des billets : pas de voisin direct à gauche ou à droite, et pareil pour devant et derrière. Un siège d'écart minimum, c'était la règle. La salle n'était pas remplie au 10ème de sa capacité, les responsables oeuvraient en nombre pour que les gens restent à leur place. Les sièges "libres" avaient de toute façon était condamnés par un socle métallique qui paraissait inamovible sans avoir les bons outils... et impossible de s'assoir dessus. Il paraissait évident à Marc qu'il n'avait d'autre choix que de rester bien sagement à la place désignée... ou de partir.

Un regard vers l'endroit où Florence avait été placée, du côté droit de la scène, dans la tribune la plus proche de celle-ci, lui confirma qu'elle était installée, apparemment très détendue. Il décida qu'il ne ferait pas moins bien qu'elle, d'autant qu'à la base, c'était surtout lui qui avait voulu réserver pour le spectacle. Il n'allait pas abandonner maintenant.

Alors il s'assit, et patienta. Après tout, il avait une bonne place, presque au centre de la salle, à gauche de la ligne de séparation entre les sections A et B. La meilleure vue, incontestablement.



Tout avait commencé avec cette affiche, découverte au hasard d'une promenade. Une longue silhouette vêtue de noir sinuait en dessous du titre, intriguant, qui ne manqua pas de le fasciner : "Si tout va bien je meurs demain".

L'ironie de ces mots l'avait convaincu à la seconde. Florence, elle, semblait plus réservée. Pourtant, ils étaient tout deux à la recherche de spectacles originaux, blasés de ces pièces absurdes ou juste "ordinaires", ou ces comédies musicales ne privilégiant que la forme. Cette affiche semblait promettre une soirée peu banale... mais quelque chose avait semblé perturber Florence, que Marc ne comprit pas.

Il fallut quand même une discussion, un soir, après le diner, avec un ami proche, pour la décider tout à fait, plutôt par esprit de contradiction que par réelle adhésion cependant.

L'ami avait en effet tenu des propos très exagéré, qui n'avaient pas manqué de les faire réagir tout deux. Il soutenait que le peuple demandait toujours plus de son opium favori, les spectacles, et que plus l'on poussait la vulgarisation, misant sur une forme impeccable, des chorégraphies millimétrées, plus le public était content. Et surtout il ne fallait pas lui parler de signification, à ce public, pas lui casser la tête avec quelque chose de trop réfléchi ! Ils étaient là, tous, pour se détendre après une journée de travail ou d'obligations diverses, pas pour réfléchir.

Marc et Florence aurait pu tomber d'accord avec leur ami, mais celui-ci avait continué, affirmant qu'une telle affiche que celle qu'ils lui avaient décrites étaient juste un pas de plus dans le racolage organisé par les producteurs, pour faire oublier le vide total de contenu, tout était selon lui dans l'image... Que la troupe soit inconnue ne l'avait pas fait changer d'idées, au contraire. Pour lui, les petites structures, pour exister, devait renchérir encore par rapport aux grosses sociétés de production, aux grandes salles. Ils n'avaient pas le choix. Sinon, ils finissaient par couler, et c'était à ça que l'on reconnaissait un bon spectacle, qu'il n'était pas joué longtemps et provoquait la faillite des fous qui l'avaient tenté.

Lui n'allait plus voir de spectacles depuis longtemps. En cela, ses propos étaient cohérents avec ses pensées réelles. Mais une telle étroitesse de vue avait poussé Florence, habituellement très posée, à sortir quelques horreurs bien senties, ce qui avait abrégé de beaucoup la soirée... elle n'aimait pas le sous-entendu derrière les propos tenus, qui la renvoyait au rôle de spectateur captif, abruti par les producteurs, sans aucun jugement propre, entièrement sous le contrôle des images, du son, du décorum...

Après que l'ami fut reparti, Florence lui avait dit que dès le lendemain, ils iraient acheter leurs billets. Il était précisé sur l'affiche qu'une seule place pouvait être réservée par personne, et les enfants non admis. Ils iraient donc tous les deux.



Et ils s'étaient rendus au théâtre, comme prévu, sans se douter des surprises qui les attendaient.

Tout d'abord, on leur avait remis un petit morceau de pierre, prétendument de lune, dont il faudrait absolument qu'ils se munissent pour venir au spectacle. Sans ce caillou, ils ne pourraient pas rentrer.

Ce genre d'étrangeté les amusant plutôt, ils n'y firent pas plus attention.
Ils eurent plus de mal quand on leur annonça que les places étaient numérotées, et déterminée pour eux par la responsable de la troupe, qu'ils allaient immédiatement rencontrer. On leur assura que cela ne durerait pas longtemps.

Ils furent alors conduits dans une petite pièce, ou une dame très grande semblait tenir assise par un miracle d'équilibre sur une chaise derrière un bureau où trônait la reproduction très fidèle d'une grenouille.

A leur entrée, elle se leva, un grand sourire illumina son visage comme elle leur serrait la main et les invita à s'assoir.

Une miséricorde (*) était accrochée à un des murs, qui capta toute l'attention envieuse de Marc, qui entendit à peine les premiers mots de la femme.

- Alors comme cela vous êtes intéressés par mon spectacle... merci beaucoup !

Marc trouvait la situation très incongrue, et ne savait pas quoi dire. Il jeta un regard à son épouse, qui le regardait également.

 - Je vois que vous êtes troublés... permettez que je vous explique pourquoi je tiens à rencontrer les spectateurs à l'avance. Mon spectacle est tout public, je vous l'assure, même s'il peut choquer les enfants, et donc nous l'avons réservé à un public adulte. Il n'y a rien dedans pourtant qui soit pornographique ou violent... mais je m'éloigne du sujet.
Disons que le spectacle peut, selon l'endroit où les gens se trouvent dans la salle, ne pas être perçu de la même manière. Ayant pris conscience de ce fait, je tiens à respecter la sensibilité de chacun, et donc je reçois chaque spectateur personnellement pour lui faire passer un petit test tout simple, qui me permet de déterminer l'endroit optimal où l'installer pour le spectacle, pour qu'il en profite au mieux.

Je ne vous cache pas qu'il peut arriver que je ne puisse pas placer deux personnes l'une à côté de l'autre, ni même les recevoir le même soir. J'espère que cela ne vous gênera pas, le cas échéant...


Florence commença à s'insurger, mais la femme leva une main apaisante, qui l'arrêté net dans ses protestations. Elle se rassit.
Marc avait du mal à reconnaître son épouse, habituellement tellement extrême dans ses réactions. Il continua à ne rien dire.

La femme derrière le bureau continua.
- bien, je ne vais pas vous retenir plus longtemps... seulement un petit test, et je pourrai vous donner vos billets, si vous les voulez toujours bien sûr...

Le couple hocha la tête avec une synchronisation parfaite.

- Le test, donc... je vais vous demander tour à tour de prononcer un mot, un mot tout simple. Mais avant de le prononcer, je vous demande de faire le plus possible le vide dans votre tête, de ne penser qu'au mot, puis de bien inspirer et de le prononcer clairement... vous êtes prêts ? Alors je vous demande simplement de me dire... OUI.

Je sais que cela vous surprend, prenez le temps nécessaire pour que cette surprise disparaisse de votre esprit, faites le vide, inspirez... quand vous êtes prêt, prononcez le mot.

Il leur fallut 10 minutes pour s'apaiser suffisamment. Ce fut Florence qui y parvint en premier. Puis ce fut son tour. Ce n'était pas si simple de dire "oui" comme cela, à rien, sans raisons. La surprise était violente, mais la présence magnétique de la femme les avait maintenus captif du moment, et ils l'avaient vécu jusqu'à son terme.

Une fois le mot prononcé, l'atmosphère sembla devenir moins pesante. Le sourire de la femme s'élargit.

- Laissez-moi regarder le planning... il semblerait que je puisse vous recevoir dans une semaine exactement, tous les deux le même soir... cela vous convient-il ?


Ils avaient encore approuvé d'un simple hochement de tête. Il semblait décidément impossible de prononcer le moindre mot devant cette femme sans qu'elle l'ait explicitement demandé.

Elle leur avait alors remis leurs billets, et leur avait souhaité une bonne journée, "et à bientôt !".

Il leur avait fallu plusieurs heures, à se regarder, incrédules, pour retrouver l'usage de la parole. Tout cela était décidément très étrange. Ils étaient enthousiasmés par l'originalité de la démarche, dont ils avaient du mal à saisir le sens exact.
Mais toute cette organisation promettait beaucoup. Et puis avec une telle directrice pour la troupe, ça devait valoir le déplacement !

Ils avaient payé sans sourciller un prix astronomique dont ils n'avaient pris conscience qu'une fois rentré chez eux. Comme s'ils avaient été hypnotisés.




Marc repensait à tout cela, tentant de se calmer, attendant que le spectacle commence. Encore une ou deux minutes d'après sa montre... ce n'était rien par rapport à l'impatience qui s'était emparé de sa femme et lui durant la semaine écoulée, impatience aujourd'hui disparue, pour lui du moins, bien que la curiosité fut encore là, au fond... pas loin. Il se connaissait suffisamment pour savoir qu'elle allait prendre le dessus dans quelques secondes, et qu'il passerait une bonne soirée si le spectacle le valait, oubliant complètement les "contraintes" de l'organisation.

Il s'agita un peu sur son siège, cherchant la position la plus confortable. L'ayant finalement trouvée, il ne bougea plus.

Soudain, les lumières s'éteignirent, et la musique prit possession de la salle, figeant le public par sa beauté.

Le spectacle venait de commencer.

(à suivre)



(*) La miséricorde est une sorte de dague ou poignard à lame mince, à deux tranchants ou à section carrée. Il est question de cette arme dès le XIIIe siècle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cath 18/09/2007 08:24

J'ai lu les quatres épisodes du passeur, il me manquait les deux derniers. J'ai atteri ici, oui, le spectacle vient de commencer... De bonnes lectures

Michel - Faux rêveur 18/09/2007 08:26

merci :-)

Kildar 16/09/2007 18:58

Mon Petit Michel,Je t'ai gardé pour la bonne bouche..Et c'est à peine volontaire j'ai lu et déposé mes com' dans l'ordre de la liste des textes sur le Blog alors.. Même si cela m'a fait plaisir le hasard fait bien les choses...Tout d'abord il fut un temps où j'avais envisagé d'écrire mon texte en partant du thème "Affiche d'un spectacle auquel je vais (peut-être) assister...Etrange non.Bon il est clair qu'il n'aurait rien eu à voir avec le tien... Je ne me déploie pas dans le style si particulier de ces ambiances glauques ou étranges voire dérangeantes... Un peu chairdepouleske comme tu as répondu à Polly.Mais en revancee je me retrouve bien dans l'art de la "surprise"...Quoiqu'il en soit j'attends la suite.. Tu vois je ne fais pas toujours dans l'originalité ;-)

Faux rêveur 16/09/2007 20:16

merci pour ton commentaire :-)glauques et étranges tu fais pas ? ah bon ? et depuis quand ? lol je te taquine...bah oui j'ai décidé de laisser mon inspiration courir "au plus simple" (vraiment façon de parler) par rapport à l'affiche... mais l'idée qui m'est venue est énorme, et j'avoue que pour le spectacle, elle se précise doucement... donc je ne vais rien précipiter. Il faut que tout soit impeccable, j'aurai pas droit à deux représentations ;-)pour l'art de la surprise... c'est pas fini ;-) enfin je crois ;-)non pas dans l'originalité. Mais que tu attendes la suite et le dises me suffit... j'en demande pas forcément des kilotonnes (nan, pas la bombe atomique, naaaaaaaaaaaaaaan ! lol)

Jenny 16/09/2007 09:38

J'adore ce genre de suspense. Je suis impatiente de connaître la suite. Que le rideau se lève. Bon dimanche

Faux rêveur 16/09/2007 10:18

Merci :-)bon dimanche à toi aussi :-)

polly 16/09/2007 08:35

 Je ne présage rien de bon, tu me fous la chair de poule et comme j'aime ça j'atttends la suite avec impatience.

Faux rêveur 16/09/2007 10:18

:-) J'espère bien avoir posé un climat dérangeant et chairdepoulesque ;-) Maintenant, il va falloir que je bifurque vers le dérangeant théatral...

Claire Ogie 16/09/2007 04:51

Intéressant ça, très intéressant même ! :o)Au cours de ma lecture, j'avais le mot hypnose qui me brûlait les lèvres, et tu l'as finalement noté. Je suis impatiente de connaître la suite, un peu comme tes deux personnages devant la scène du théâtre.  Je confirme, la musique est jolie, surprenante, mais prenante. Comme quoi on aime être surpris, être un peu bousculé parfois...  ;-)

Faux rêveur 16/09/2007 10:17

merci, mille fois merci :-) J'essayerai de surprendre encore dans la suite... :-)