Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 22:00

Une liste de mots imposés très "parlants" ont fait naître le texte qui suit.

Merci à Arti / Béa, pour la photo qui l'illustre si bien :-)


bleu phtalo / elle / loin / absent(ce) / manque / désarroi / lumière

regard / chaussette / ours en pluche / 3h95 / cigarette




Elle ne sait pas les mots pour dire ce qu'elle ressent, n'a jamais su. Ne saura pas plus cette fois. D'ailleurs il est parti, déjà, loin, trop tard pour dire quoi que ce soit. « Besoin de respirer à nouveau », a-t-il dit, loin de ce même désarroi écrasant où le manque le noyait. Le manque de mots. Absent « le temps de faire le point ». C’est définitif, un point, ça finit une phrase. Elle aurait voulu être plus qu’une phrase, ou pire, une parenthèse raturée. Elle aurait voulu pouvoir le retenir, celui-là, lui dire ces choses belles, douces, tendres, qu’il mérite tant... mais rien n’est venu.

Elle ne sait pas les mots, juste la lumière, la couleur, la transparence. Elle n’a que son regard sur le monde à offrir, et elle l’offre sans compter. En ce moment elle lui hurle un « je t’aime » bleu phtalo, et la toile irradie. Si seulement il avait pu voir au-delà du dessin, si seulement… même pas pu lui faire comprendre que c’était pour lui, tout ce bleu… Il est parti avant. Mettre un point à une phrase dont elle n’a pas pu écrire un mot. Mais personne ne l’empêchera de finir ce tableau pour lui, même pas son absence. Même pas la cigarette qui l’appelle du fond de son âme et qu’elle ne fumera pas, pas pendant qu'elle peint. Même pas l’ours en peluche qui, du lit, l’observe en ricanant bêtement, une chaussette sur la tête (qu’elle lui a lancé, de rage… raté… ). Même pas les 3h95 de la pendule et le pinceau en triple exemplaire pour seulement deux tableaux, zut, un de trop. Encore un verre de Cointreau et ça fera 3-3 ?

Elle respire à fond. 1 partout. Elle peint.

Rien, vraiment rien, ne l’en empêchera.

------

Réveil.

Endormie par terre, au pied de sa toile. Inachevée. Une main la frôle.
Rêve-t-elle ? Non, c'est bien lui. Pas rasé, l'air hagard. 3h95 ?

Il ne regarde qu’elle, ses cheveux en vrac, ses yeux bouffis.
Pas la toile. Elle prie pourtant, fort.

Elle en pleure.

Alors lui aussi, et leurs larmes se mélangent, nouvelle couleur à repeindre la vie.
Leur vie…

------

Il n'a pas pu se passer d'elle. Elle non plus.
Plus jamais ils n'auront besoin de mots.

 

 

 

L’amour ce ne sont pas des mots, dits ou écrits, ce ne sont pas des choses, tableaux, sculptures, cadeaux. L’amour c’est l’intention, les actes, et ça peut aboutir à des mots, des choses… mais un silence, un regard échangé, des gestes, l’état dans lequel on peut se mettre par amour... peuvent, doivent toujours suffire à comprendre…

 

Si seulement nous savions tous ressentir ces choses-là…

 

Si seulement il n’y avait pas ce manque intense de ce « je t’aime » qui rassure tant…


 

29/12/2006

(texte republié)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gothikarti 17/08/2007 19:35

dire que je l'ai quasi lu en première hier pour la redif et que je commente en dernière...franchement tu as raison... l'amour ne passe guère par les mots mais par des regards, de la tendresse... mais ton texte est vraiment magnifiquebisous :0010:

Faux rêveur 17/08/2007 21:29

mais ? lolmerci pour les compliments :-) Et oui, nous voulons tous dire et redire et encore redire l'amour, alors qu'il suffit de peu, un regard, un geste, une attention... mais même en le sachant, il faudra toujours les mots, parce que quelque chose au fond de nous en a besoin...

SAM 17/08/2007 12:16

Tu as fait un très beau texte des mots imposés. Ce sentiment d'amour comme une évidence;

Faux rêveur 17/08/2007 12:21

Au delà de la souffrance, de la communication rendue difficile par l'art, de la descente aux enfers que créer peut être, parfois... c'est effectivement l'amour la pierre angulaire de ce texte, un amour qu'il n'est pas une seconde envisageable de remettre en question, on veut qu'il ait une jolie conclusion, pas qu'elle y renonce, pas qu'il soit vraiment parti...Merci de me confirmer que le message principal passe :-)

d\'eli cieux 17/08/2007 09:51

j'aime bien ce genre d'heure !je ressens bien le manque qui t'envahit et qui te transforme en bête sauvage jusqu'à n'en peut plus...mais j'ai aimé le soulagement car il revient et le plaisir des retrouvailles à venir... et l'intense désir à nouveau assouvi ...tu as du bien t'amuseren écrivant ça ....

Faux rêveur 17/08/2007 11:56

oh oui je me suis bien amusé! Mais libéré, aussi. C'est le genre de fictions qui ne peuvent naître que des émotions les plus vraies, et cela permet de dire beaucoup de choses sur soi, ses conceptions de vie, au travers des personnages...

wassy 16/08/2007 22:27

c est magnifique  ; rien a dire !!
je m'incline ; bravo
wassy

Faux rêveur 16/08/2007 22:30

:) merci à toi :-)

:0014: @nne marie :0059::0050: 05/01/2007 18:09

       Bonne année aussi pour toi et plein de bises de la mer rouge   @nne marie