Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 23:21
Au delà des cris au delà du silence
Au delà de la solitude et de la foule endiablée
D'une vie déchaînée et des souvenirs d'enfance
Par delà quatre murs et toutes les immensités

Au delà de la joie au delà de la peine
Au delà de la haine et même de l'amour
Et du cortège sans fin des émotions humaines
Et du ballet étrange du monde tout autour

Il y a Quelque Chose au delà de toute chose
Quelqu'un au delà de tous les gens
Et quel que soit le nom qu'on Lui oppose
Cela ne signifie pas plus pour Lui que simplement le temps

L'infini n'est pas si vide qu'on le dit
Chacun finira de lui même
Ce chant comme son cœur l'aura ressenti

En cela au moins nous sommes bien tous les mêmes...
Partager cet article
Repost0

commentaires

R
J'aime cette mise en mots qui n'introduit pas de coupures entre le pressentil'intimement vécuce sentiment d'un après la vieque l'infini sera rempliet l'est déjàoui, un poème comme une porte ouverte à la méditation d ela vieet de l'après vie.ayant beaucoup vu mourirje n'ai plus peur de la mortni de l'aprèsni même du néant auquel je ne crois pas.pas plus qu'en Dieu d'ailleursmais en la survie de la conscience .... oui.merci de ce poème qui interroge au profond de l'être.
Répondre
F
et merci à toi pour ton attention, et ce partage de ressenti...
C
Il y a sans nul doute des choses qui nous dépassent , un au delà qui donne sens à notre vie ici bas, sinon c'est désespérant et à quoi bon vivre ! certains trouvent réponse dans la religion , j'envie leur foi sans  restriction , sans limite, cela éclaire  leur vie de vérité, moi je te rejoins dans tes interrogations, je ne sais mettre de nom sur ma croyance.
Répondre
F
j'évite aussi de mettre un nom, des mots... Les mots seuls ne répondent pas aux interrogations, mettent un masque, une façade, sur ce qu'il faudrait juste chercher à ressentir pleinement...
N
Encore un texte très beau, qui témoigne du temps qui passe et qui nous ramène inexorablement vers notre première naissance... je suis convaincue au fond de moi qu'il y a cette lumière au bout du chemin... car quel serait le but réel de faire naître des gens pour qu'ils meurent ensuite, à quoi servirait ce passage sur la Terre ? Je suis sûre qu'il y a un explication que les hommes ignorent, et que la vie ne fait que commencer, et puis ça m'arrange de penser qu'il n'y a pas de fin, que la vie continue après le passage vers la lumière... ça me rassure, et ça me motive, pour toujours avancer, confiante, et ne pas me mettre d'ultimatum. Nous ne faisons que passer, physiquement, sur Terre mais une autre vie nous attend après, peut-être différente de tout ce que l'on pourrait imaginer, peut-être même encore mieux... Qui disait que l'enfer est sur Terre ? Cela permet d'adoucir nos craintes en tout cas pour l'après passage dans la lumière...
Nanou 
Répondre
F
On a tous besoin de croire en quelque chose... mais surtout, quand on est à l'écoute, vraiment à l'écoute, de ce qui nous entoure, il y a des moments où il est impossible de ne pas ressentir une présence derrière les apparences de notre monde, quelque chose d'immense... ce qui me donne, personnellement, le sentiment de ne pas croire en vain, juste pour me rendre les choses plus faciles... non... au contraire, j'ai peur de la suite. Mais de cette sorte de peur mêlée d'envie, une excitation... il y a encore des choses à découvrir...
B
La première moitié de ce poème danse comme une chanson... j'en tournois encore...le ryhtme de la vie et les souvenirs d'enfance sans doute ;o)
Répondre
F
:-) Si ça t'a évoqué cela, alors le texte n'est pas si mauvais :-)
K
avant de finir espérons commencer.. Car de la fin nous sommes prévenus.Tout ce temps-là qui nous sépare du grand voyage, à nous de le remplir au mieux, de le vivre au plus haut de nous-même.
Répondre
F
:-) philosophie très juste ...