Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 14:00

Il est l'heure, je crois

de te dire un secret

le temps est expert, le temps

maquille et déguise, je souris

je suis heureux je t'aime

le soleil brille, ce temps

est le premier de ma vie il n'y a

rien eu d'autre avant

 

- rien d'important -

 

le temps fait des miracles mais

le maquillage coule parfois

et puis le vernis craque

et puis il y a ces images qui reviennent

ces idées ces chansons

d'autres bonheurs au malheur à jamais mêlés

on se dit qu'on est fort, qu'on a tout jeté

que plus rien ne nous atteint

que tout ça n'a existé qu'en cauchemar

 

mais au fond de cette poubelle, à la fin

on a tous peur du noir

 

alors on rouvre le couvercle et...

 

il est l'heure, tu sais

de te dire un secret

rien n'est faux de nous, rien

n'efface pourtant

je suis les deux, si différents

parfois le même

 

je ne regrette rien de mes choix

et pourtant

il me manque tant d'avant

 

et je fais le fort je ne dis rien

je montre seulement celui que tu aimes

ce n'est pas le premier naufrage j'ai l'habitude

de m'oublier à moitié

 

tellement l'habitude qu'à force j'ai trop coupé

et j'ai beau prétendre, je ne peux plus

manier ce couteau à ne plus être

repeindre ma vie comme si j'étais né

par miracle devant tes yeux

 

qui pourtant m'ont aimé pour celui

que j'ai été

 

Je me suis trompé : pour toi j'ai cru devoir

maquiller déguiser à nouveau. Je n'ai jamais appris

qu'on pouvait être soi même dans ses regrets

et que ça ne gâchait rien

que ça ne blessait pas

 

ou que soi...

 

 

Il est l'heure, je le sais

de te dire ce secret

je n'oublierai rien d'avant, je ne peux pas

 

chacun des pas d'alors sont toujours moi

 

moi qui t'aime encore plus à chaque pas

 

béni soit le chemin qui m'a amené là

où je peux marcher à tes côtés

 

Et jamais rien ne viendra l'arrêter

 

 

Cette fois le couteau est bien rangé...

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Bosseaux - dans Recueil : Attraction
commenter cet article

commentaires

Arc-en-ciel 03/11/2009 14:58


J'aime votre plume, franche, directe, attendrissante. Oui, l'amour a ce pouvoir magique de faire ranger tous les couteaux.

Arc-en-ciel


laure 04/09/2009 19:01

La question a la base du sujet vient pas de moi ,mais de l'irlandaise ...enfin oui j'espère qu'on se reverra aussi ,a tout , bonne inspiration pour tes poésie .quand on a la santé , on a une chance incroyable , je crois que le reste ce n'est pas important surement que les questions sont trop nombreuses , que les gens veulent trop se connaitre ,il est bien assez tot quand on découvre que l'on n'est pas grand chose et en meme temps que l'on aimerait tant etre plus longtemps innocent ....

laure 04/09/2009 18:34

bonjour michel je suis venue voir votre blog , envie de voir votre style car je vois que sur la question du forum ,vous avez du bon sens ...j'avais du temps aujourd'hui sinon je viens rarement sur ce forum ,vos poèmes j'aime beaucoup ...à bientôt peut etre sur le forum ou ailleurs !

Michel Bosseaux 04/09/2009 18:48


merci pour la visite, Laure :-)

Il est vrai qu'une question comme celle que tu as posé sur le forum a tendance à me pousser à philosopher... c'est une maladie pour laquelle je ne cherche pas de médicaments ;-)

Oui, on se croisera encore surement :-)  A bientôt donc !  


aubert59 03/09/2009 22:51

très joli une belle leçon d'amourbises

Michel Bosseaux 04/09/2009 07:18



merci Aubert :-)



Artemis 03/09/2009 19:31

Je me souviens quand tu m'avais confié ce secret et que je t'avais répondu que j'étais là pour toi, que tu pouvais me dire, me montrer ton autre toi, si fragile de coquille et dur envers toi...Je t'avais dit que j'avais les mêmes problèmes au début, mais je t'aimais et je te montre celle que j'étais aussi... quand ma coquille craque... Je t'aime, je souhaite notre bonheur...Bisous mon coeur 

Michel Bosseaux 03/09/2009 21:01


difficile d'ouvrir la coquille, même maintenant que tu sais 
comme quoi les habitudes mal prises persistent toujours longtemps, malgré les milles raisons de les abandonner...