Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
15 décembre 2005 4 15 /12 /décembre /2005 20:40
Mais non, Julie, que vas-tu chercher là ? Je ne voulais pas te le cacher, juste… tu comprends, ça aurait tout changé entre nous. Nos bons moments, le moindre regard… ça t’aurait fait, ça NOUS aurait fait, beaucoup trop de mal. Regarde ta réaction, là, même si tu sais qu’il n’y a plus lieu de s’inquiéter ! Moi je te voulais heureuse, j’en avais besoin… Non, j’en suis certain, il valait mieux que je me taise, ça ne nous aurait rien apporté de bon.

Tout partager, dis-tu ? Pouvoir se préparer ensemble ? Mais j’ai tout partagé avec toi, tout ce qui compte ! La vie !!! Et tu crois vraiment qu’on peut se préparer à… ça ? Mais j’avais tout prévu, ne t’inquiète pas… seulement je n’avais pas envie d’y penser en permanence.

Tout ce que je voulais, c’était te protéger… et passer mes derniers moments avec toi, heureux, sans traitement de faveur, sans être traité en malade… une vie normale, encore un peu.
Et puis là il a fallu que tu tombes sur ce papier alors que… oui tu vois, une erreur, je n’ai jamais été malade … quelle bande de cons !
Enfin tu vois, tout est bien qui finit bien, non ?

Ah, tu veux divorcer tu dis ?
C’est une blague ? Non ?
Ah

Non je ne suis pas surpris. Mais toi tu vas l’être.
J’avais tout prévu, regardes : tu n’as qu’à signer là.
Ne t’en fais, tu n’es pas lésée, je te laisse la maison, la voiture, …
Mais réfléchis bien.

Ok, je vois que tu es sûre de toi.
Moi aussi.

Maintenant si tu permets, je vais retrouver Valérie. Oui, ta meilleure amie. Si présente ces derniers temps. Elle restait près de moi comme elle pouvait. Elle comprenait que je veuille te partager mon dernier souffle.

Comme tu ne veux pas des suivants, ils seront pour elle.

Adieu.

Partager cet article

Repost0

commentaires