Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
13 août 2007 1 13 /08 /août /2007 18:02
Je crois encore qu'on pense à partir de ce qu'on écrit et pas le contraire.

Louis Aragon - Je n'ai jamais appris à écrire

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lolo 14/08/2007 14:23

l'écriture permet de nous rappeler ce que l'on est, prendre conscience de soi ,sentir que l'on existe, permettre à ce que de simples idées deviennent une mure réflexion ,permettre de revenir sur des erreurs sans que tout cela nécessairement nous révèle c'est ce qui me vient pour l'instant....

Faux rêveur 14/08/2007 14:52

et je suis encore une fois tout à fait d'accord :-) Merci pour ces réflexions d'une grande profondeur...

marianne 14/08/2007 00:07

ben il doit sans doute avoir raison...toujours est-il qu'après 12h de boulot...j'pense plus :-)
a pluch :0010:

Faux rêveur 14/08/2007 00:09

héhé je comprend et je compatis ;-)bisous :)

Ernest J. Brooms 13/08/2007 22:08

L'écriture est un monde étrange. Les mots parviennent à nous entraîner là où jamais, rationnellement, on ne serait jamais arrivé. A tel point que les "bons" textes sont peut-être ceux dont on se dit " Comment ai-je pu l'écrire, ce texte? Jamais, je ne pourrais atteindre cette qualité. Le texte a dépassé ma pensée toute rationnelle". Il m'arrive d'écrire, de laisser les mots fuser, les personnages m'envahir, les phrases courir... Et là, j'atteinds le plaisir d'écrire : à la limite, c'est un autre moi-même qui tape sur le clavier ou vide la réserve d'encre noire du stylo.  Tous les schémas narratifs s'éteignent devant cette démarche d'écriture, nul besoin de situation initiale et finale, ni d'actant ou d'acteur, ni de narration ou de narrateur... (à condition, quand même, que toutes ces techniques soient acquises et interviennent pour laisser libre cours à l'improvisation, tel un musicien qui connaît ses gammes et ses harmoniques, les "oublie" et improvise... ). Sujet à discuter !

Faux rêveur 13/08/2007 22:21

Tout à fait d'accord avec soi.Ne plus être celui qui écrit, ni la plume gràce à laquelle on écrit. Ne plus penser en terme de scénario, de rebondissements, de personnages... être le texte, vivre le texte, se sentir s'écrire soi-même ... plaisir insensé difficilement exprimable, quand le flot commence à couler  et qu'on arrive à cet état de non-contrôle follement joyeux...

madam\'aga 13/08/2007 22:03

je crois encore que l'on écrit à partir de ce qu'on ressent et aussi le contraire...

Faux rêveur 13/08/2007 22:18

ouil'écriture puise dans le ressenti et le nourrit, et elle nourrit les pensées, et l'inconscient provoque les ressentis et les associations d'idées, les images qui font naître l'écriture... tout est inextricablement lié jusqu'à ce que l'écriture dénoue le noeud, libère un instant de l'enchevêtrement des causes et des conséquences, et fasse apparaître la lumière...mais je crois que je m'égare un peu ;-)

Gothikarti 13/08/2007 19:03

je suis d'accord avec les commentaires précédents... on ne peut pas écrire quelque chose qu'on ne pense pas...bizz

Faux rêveur 13/08/2007 19:12

On ne peut pas écrire quelque chose que l'on n'EST pas, consciemment ou inconsciemment... dans la forme c'est toujours nous... mais quelque chose qu'on ne pense pas, si si, on peut...