Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 06:02
Sur une liste de mots d'Isabelle Servant, un texte qui a demandé du temps pour mûrir... Il est des sommets que l'on hésite à tutoyer, surtout quand on sait que quoi que l'on fasse, aucun mot ne peut être à la hauteur... alors je me suis permis d'emprunter quelques mots de Neruda lui-même. En espérant en avoir fait bon usage.
Merci à Pier de lune pour son site consacré à Pablo Neruda, qui m'a fait découvrir de nombreuses facettes du personnage



Un homme, né pour naître (1),
changeant à chaque pas de vêtements, de planète
de dimension, allant, venant (2)
un homme et son chant
qui recouvre l'univers
 
Et l'étamine ensemence tous les déserts
la voix se répand
De vies putrides en épuisements
promesse d'aubes plus lumineuses
berceuse
de nos douleurs qu'il brasse encore, sans fin. (3)
 
Un homme disparu il paraît. On l'entend encore
et un chant vivant ne fera jamais un poète mort.
 
Salut ô Neruda, parti sur le chemin qui s'éloigne de tout
et que rien n'a fermé (4), mission accomplie jusqu'au bout.
 
Salut à toi humain pour l'éternité debout.



(1) "Ainsi toute ma vie, je suis allé, venu, changeant de vêtements et de planète." (Pablo Neruda)

(2) "Je déclare ici que personne n'est passé près de moi qui ne m'ait partagé. J'ai brassé jusqu'au coude et rebrassé dans une adversité qui n'était pas faite pour moi dans le malheur des autres." (Pablo Neruda)

(3) "Né pour naître", Pablo Neruda, réédition 1996, Gallimard

(4) "Vingts poèmes d'amour et  une chanson désespérée", Pablo Neruda, réédition 1998, Gallimard
Extrait du poème 11
" Ah! suivre le chemin qui s'éloigne de tout,
que ne fermeront pas la mort, l'hiver, l'angoisse
avec leurs yeux ouverts au coeur de la rosée "

Partager cet article

Repost0

commentaires

Isabelle Servant 26/07/2006 10:53

merci d'avoir joué avec cette liste
mais c'est plus qu'un jeu, un de tes plus beaux textes je trouve

Michel Bosseaux 26/07/2006 16:48

merci... mais ce ne sont vraiment que quelques mots timides et maladroits, qui ne tiennent debout que gràce aux siens.Merci encore pour la liste...

Louis 07/07/2006 18:26

Salut Michel, je viens de lire ton fil sur ton probleme de calomnie, et je voulais moi aussi te proposer un peu de soutien "moral", en te disant que pour t'avoirlu sur different fil, et aussi dans quelqu'uns de tes articles, il n'y a rien de limite (sous entendu y'a rien a dire) ou de sensible, donc continu, et pourquoi pas écrire quelque chose autour de ca justement!!!!
(Oreille folle)

iwxippi 05/07/2006 18:47

plongeant dans les eaux troubles de la virtualité j'ai découvert ce blog d'un grand intérêt...
conclusion: je reviendrai...
à bientôt
estelle

Nanou 03/07/2006 22:40

Très bel exercice de style, en effet.. et de plus je suis une fan de Neruda ! Je t'offre ce poème / http://nanou.over-blog.org/article-2283425.html
A bientôt.
Nanou

chriscraft_ 30/06/2006 19:10

associer ici les sons
assaisoner d'un zeste de déraison
épicer d'un mi fugue mi raison
mélanger vite sans cuisson

ouh là
trés chouette ton texte et la gageure valait bien un front en sueur :)
ca rime mais que de visu lol :)