Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 19:30

Ce texte est écrit dans le cadre du projet "Retour de flammes" (écriture autour de mots imposés)... mais aussi beaucoup plus personnel.
Douces pensées, tout mon soutien et mon amour, à quelqu'un de très cher qui se reconnaîtra ...

#004 Gazou
ange,colère,détresse,danse,sourire,
querelleur,simplifier,livide,admirer,excessif,
surprise,élan,transe,léger,simplicité

 


Dors, petit ange, dors encore un peu au creux de mon ventre. Laisse-moi imaginer ton sourire, t'admirer déjà à m'en faire mal aux yeux. Laisse maman justifier ses larmes ainsi, par la joie anticipée, et ne te soucie pas de ce monde et ses douleurs. Garde mes rêves encore un peu, le temps que la détresse et la colère passent. Mes émotions sont un peu excessives, mais je t'aime tant tu sais, alors c'est difficile d'accepter pour l'instant. Mais bientôt, je te promet.

En attendant je te veille au fond de mon ventre, et je repense à notre rencontre, à ton papa et moi, la simplicité et l'évidence alors qu'autour tout le monde me mettait en garde ; l'élan qui m'a poussé vers lui, le sentiment de transe, le doux abandon quand je suis dans ses bras, quand tout autour se fait léger en un instant ; et puis nos danses, les yeux dans les yeux ... mais nos moments querelleurs aussi, ces orages d'été entre deux soleils heureux.

Je l'aime ton papa, et je t'aime aussi, je suis folle d'amour pour vous deux, et j'ai déjà tellement rêvé de notre vie à trois, quand tu seras là, dans ce bel avenir où nous arriverons à simplifier tout le compliqué comme par magie pour ne garder que cet amour ... cet avenir qui m'a pris par surprise quand on me l'a annoncé, il y a deux mois, et m'a appris le vrai sens du mot "bonheur".
Ce bonheur qu'on voudrait m'arracher aujourd'hui, qui me laisse livide.

 

Dors, petit ange, dors, il n'est pas encore temps. J'ai encore besoin de te sentir un peu là, pour m'habituer.

Je sais que ce n'est pas la fin bien sûr, ni pour toi ni pour moi. Tu n'étais pas prêt - ou peut-être est-ce moi -, alors tu t'éveilleras directement dans le monde suivant. Ton papa et moi on parlera de toi à tes frères et sœurs, quand ils seront là. On leur dira combien on t'a aimé dès le début, combien on t'aime, autant qu'eux. Tu auras une famille, ta famille.

Il t'a fallu t'en aller, mais nous ne t'oublierons jamais.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Angelilie 24/06/2020 20:03

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.