Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 14:24

Ce texte est écrit dans le cadre du projet "Retour de flammes" (écriture autour de mots imposés)
#003 Fab
désir, élément, océan, souffle, cendres, ailes, métal,
cascade, main, lumière, poussière, pâquerettes, train



On aurait pu aller cueillir des pâquerettes, puis s'allonger au bord de l'océan, toi en train de les effeuiller, moi contemplant la cascade de lumière dans ta chevelure blonde ... nous deux les yeux dans les yeux, nos mains ne se lâchant pas.

Cela aurait suffi à mes désirs, et nous aurions pu le faire n'importe où, mais tu rêvais de quelque chose de spécial, plus loin que nos pieds ou le train auraient pu nous porter. Et nous avons pris l'avion.

Tu as toujours dormi très facilement dans les transports, alors tu as plongé dans les rêves, et je t'y ai rejoint un peu. Sans lâcher ta main.

Maintenant je suis bien réveillé, et tu commences aussi à émerger, encore inconsciente de ce qui se passe réellement. Des moteurs en flamme sur les ailes, du hurlement atroce du métal déchiré, de l'indescriptible panique comme l'avion commence à plonger vers l'océan, comme si mes rêves tendaient à se réaliser, mais dans le désordre ...

Mes pensées cherchent à s'évader de l'instant, mais je les rattrape et revient vers toi. Tu ne comprends pas encore, et tu me regardes, désorientée.

Je t'embrasse, à nous couper le souffle à tous les deux. Comme si notre mort en dépendait.
Je la veux paisible, les yeux fermés, à te ressentir encore un instant. Puisqu'elle est inévitable, puisque nous allons finir ici, pas loin, juste quelques secondes encore avant la fin ... je veux que notre baiser nous accompagne de l'autre coté.

Tu pleures doucement, en me serrant plus fort.

Une intense chaleur nous emporte
 



Je n'ai rien senti. Il semble que toi non plus. Tu souris paisiblement, délivrée tout comme moi de la peur.

L'avion a explosé avant de toucher l'eau, nous regardons d'en haut la poussière et les cendres se disperser dans les éléments déchaînés.

Tu rêves des pâquerettes, j'ai bien reçu l'image. Je rêve du soleil dans tes cheveux.
Soudain nous sommes sur cette plage. Etonnés et heureux.

Je sens bien que nous y resterons l'éternité...

Partager cet article

Repost0

commentaires