Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:40
Ces vagues qui nous soulèvent
Décidément
Ne s'arrêteront plus
Nous avions pris la mer, confiants
Nous savions ce que nous voulions et elle aussi
Je ne sais plus qui nous avait dit
Que quand la volonté est forte elle soulève même les montagnes, même
Parfois elle écarte la mer
Si Dieu le veut

Il faut croire qu'Il ne l'a pas voulu

Aujourd'hui l'ouragan
Gagne la partie comme de juste
Aujourd'hui il n'y a plus de vivant
En cet amour jadis robuste
Que des souvenirs, seulement quelques
Herbes déjà jaunies, délavées
Comme le papier
N'aura pas su leur garder leur éclat
Pas plus que la vie

Aujourd'hui finit l'agonie.

Paraître ne sert plus à rien alors
Ecarter tes mots qui
Me supplient de les croire
Comme tu me dis le provisoire des faiblesses
Comme tu me dis
Qu'on n'additionne pas
Des pommes et des poires
Ni des jours et des mois
Tous différents
Dommage que je ne me crois pas
Quand je t'écoute
Dommage que je ne me reconnaisse plus

Ainsi nous avons tout perdu

Et si quelqu'un avait une objection
A formuler avant qu'il soit trop tard
On pourrait peut-être éviter
De marier la fin avec le début
Pour tirer le trait
On pourrait
Peut-être encore qui sait ...
Mais la seule voix qui s'élève autre
Que la mienne
Est le vent qui nous balaye
Le vent jaloux de ce qu'il ne sera jamais
Et qu'il détruit si facilement


Ne restent au présent

Que quelques planches sur une mer démontée
Et nous qui auront donc coulé mais
Déjà je remonte, déjà ...

Et je te tiens je crois
Dans ma main la tienne, dis-moi

Mais est-ce bien ta main
Ou juste

Un dernier souvenir de toi ?

Partager cet article

Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:39
A la poursuite d'hier
Nous épuisons peu à peu
La force l'envie et le feu
D'être amoureux. Reste une poussière
Qui retombe toujours dans
L'ordre contraire des aspirations
Manteau d'illusions
Comme il fait froid dedans

Quand on n'y croit plus

Comme brûlent aussi les espoirs anciens
A ne plus oser regarder droit
Devant, ne plus oser réfléchir aux choix
Que laissent notre Destin

De peur qu'il n'y en aie plus qu'un
De peur de s'y perdre corps et bien.


A la poursuite d'hier
C'est après nous que nous courons
Mais nous sommes déjà loin, là où vont
Les prières
Non entendues
Nous sommes déjà
Sans nos mains pour se dire où l'on va
Complètement perdus

Et l'on n'y croit plus

Mais ne pas le dire, de peur
De devoir se réveiller
Atrocement séparés
Plus par les heures
Les mois
Que par les kilomètres
Trop séparés peut-être
Jusqu'à
Ne plus pouvoir le nier, jusqu'à

Ce premier pas dans l'idée
De ne jamais
Se revoir ici-bas.


Personne ne sait pour nous
Des voix s'élevent parfois pour soutenir
Nous savons déjà ce qu'il y a à retenir
Dans ces mots, tout le fou
Mais parfois il vaudrait mieux ne pas tant savoir
Les choses que les vivre et
Surtout ne pas penser
Parfois il faudrait protéger de nos mémoires
'
De nos consciences les lendemains

Et continuer malgré tout à les rêver, nos mains
Même si ce n'est plus possible de rêver tout à fait
Même si nous sommes au delà de ce point insensé
Même si nous savons que jamais rien

N'est facile dès que les chemins
Sont trop opposés ...

Parfois il faudrait quand même l'oublier
Pour quelques pas de bonheur furtif
Pour tenir, l'amour vif
Etre encore capable au bout d'exister

De se manquer ...


A la poursuite d'hier, rien à trouver
Sauf une certaine image de deux
Fous furieux
Que la vie a changé
Presque remis dans le rang
Rien à trouver, alors visons demain
Et peut-être, si enfin ...

Mais ne rêvons pas trop blanc ...

Partager cet article

Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:38
Bouteille à moitié
Vide du temps perdu
De toutes les peines bues
A moitié
Désertée de ce qui en faisait

L'équilibre
Comment poursuivre ?

Mais bouteille à moitié
Pleine de notre amour
Que nous y versons au gré des jours
Sans fin sans renoncer
Alors pourquoi désespérer ?

Quand à nos coeurs la vie vibre

Sache que demain nous rendra libres ...

Partager cet article

Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:37
Une mélancolie douce-amère
Comme un fragment d'hiver
Perdu

Une étrange lumière
Là où l'on n'y croit plus

Puis ma voix qui rythme la colère
La peur la douleur et l'air
Qui glace toujours plus

Comme une rivière
Un flux

Et si ce n'est pas du Baudelaire
C'est bien là où mon coeur se perd
Toutes hontes bues

En cet univers
Où tu manques, où je l'ai su

Où je ne sais plus guère
Que ça ...

Partager cet article

Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 08:35
Ténu ce fil de toi à moi
Equilibrisme, et puis parfois
Les coeurs se nouent plus que les voix, mais ...

Ainsi notre parcours est fait
Que jamais le soleil n'est figé
Là-haut où il le devrait. Tant

D'orages et puis tant d'ouragans
Plus de ténèbres moins de sentiments
Que dire que taire, quels serments qui

Subsisteront après la pluie
Comment t'aimer ? Cela dit
Je n'en sais plus rien depuis ... quand ?


Il manque la foi en nos sangs
Il manque plus que tout ce temps
Ecoulé comme mécaniquement, et

C'est comme si tout était joué
Une lumière encore allumée
Par erreur, plus qu'à renoncer à

Faire revivre la flamme de ce temps-là
Est-ce bien le seul chemin, dis-moi ?

Mais je me perds encore je crois ...

Partager cet article

Repost0