Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 12:28
Une flamme à la main
Miracle transitoire
Chaque pas est une autre histoire
Vers Demain
Chaque pas est une infortune
Rions, comme Dieu fait de l'humour
- Heureux les aveugles, les sourds -
Un jour l'homme décrochera la lune
Pour de bon

Et un jour peut-être le marcheur guidera d'autres chemins
Flamme à la main
Par le seul miracle de la passion.

Et il faudra bien que tout ce sang
Non versé atteigne au bonheur
Même si parfois une bulle de rancœur
Crève encore la surface de l'évident
Car le trouble est universel
Et seule la mort aurait à dire, sur la stabilité,
Bien d'autres vérités
Qu'à coup de décibels affûtés

Nos frères de toutes les volontés.


Et si la flamme s'éteint avant,
Un battement d'émotions plus loin
C'est une plus forte encore qui niera le point
Du Roman
Même si la solitude, évidemment,
N'en finira de clore d'autres chapitres, à leur tour sans âme
- A trop pleurer la perfection faite ... femme -

Mais si profondément cependant
Illuminés
Qu'il faudra reconnaître qu'ils pourront témoigner
De cette force d'un autre monde, déchue,
Quand la voix selon La Loi se sera tue :

Ultime don, écho, et tout recommencer ...

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 12:26
On peut bien lui opposer
Toutes les raisons toute la raison des hommes
Le parfum des choses vraies et les mots qui résonnent
Plus clairs et plus beaux il parait de n'être pas recomposés
On peut aussi en rire
Par ses non-sens ses fautes de style et de vocabulaire
Et l'exiler à l'autre bout de la terre
La réduire
A n'être lue que peu - mais encore tellement trop -
Mais jamais on ne pourra en stopper le flot

Et tant que coulera la poésie
En ce monde où tant de choses encore demandent à être écrites
Jamais il n'y aura de place d'honneur pour la horde des hypocrites
Une rime suffit parfois que triomphe la vie

Une rime suffit chaque fois pour ramener un sourire
Derrière les larmes mécaniques
On reconnaît siennes les aspirations même si on ne se les explique
pas forcément. On reconnaît ce à quoi l'Homme aspire

Depuis la nuit des temps

Tant que coulera la poésie
Il restera une chance que le ciel rejoigne la mer
Que Demain soit moins amer qu'hier
Que renaisse l'envie
Du cœur torturé des générations
Il restera une chance d'entendre monter le chant
Sans frontières sans couleurs sans
Illusions
De la lutte qui continue de n'avoir pas cessé
Malgré la raison
Et toutes les raisons
Qu'on a pu lui opposer
Malgré les rires fanatiques
Les coups de fouet
Le feu le froid les balles les ricochets
La politique

Tant que coulera la poésie
A vous et moi, il restera
A réinventer la vie qui allait
Avec, avant que ne l'entrave un progrès
Sans foi

Il restera à faire partie du flot

Pour que jamais elle ne puisse se résumer à "juste des mots".

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 16:08
Des larmes en cage
Gâchent le paysage
Aveuglément
Des larmes de rage,
Anthropophages
Sûrement
Des cris d'enfants
Des rêves de grand
Des nages
A contre courant.

Mais apparemment

A l'horizon la plage


Mais jamais le sable n'est blanc
Ni le soleil après l'orage
Et pas toujours la ligne sage :
Parfois la façade s'efface un instant
Parce que c'en est trop, parfois l'homme est vivant
Et se fout bien de son image
Tant qu'il ne se ment
Plus.


Et ainsi le pacte se conclut
Avec les nuages
La pluie cesse, un instant
Au deuxième on prie les mages
Et puis on y croit vraiment

Et à bien regarder la cage ...

Mais où était-elle donc, finalement ?

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 16:07
Des endiablées, des nostalgiques
Des passionnées des tragiques
Trop mécaniques ou trop humaines

Sur une piste ou à longueur de semaines

Disco-[hypo]thèques par centaines
Valses hésitations
Miracle de la multiplication
Des temps, mas rien ne freine
Pour autant, tout s'accélère

Rock-ettes sur les villes
Acide-jazz dans les veines


Mots trompe-l'œil, monde imbécile
La vie vaut mieux que toutes ces vaines fredaines
Même quand elle tangue, ô, si fort
Même quand elle pose genoux à terre
Elle est bien plus que quelques pas, accords :
Danse-ité, contre-danses, puis rallumer la lumière
N'est jamais qu'une partie du décor
Et de l'autre il nous appartient encore

De décider.

Rien n'est écrit complètement, juste esquissé
En chacun de nous sommeille un créateur
Qui se réveille quand l'heure
Vient.

En lui seul vit l'essentiel du chemin.

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2006 1 04 /12 /décembre /2006 16:06
Un petit rêve ordinaire
- Pas de quoi en faire toute une histoire -
Me fait laisser la lumière
Chaque jour un peu plus tard
Un peu trop peut-être, mais les prières,
Ca ne monte haut que dans le noir
Au dessus d'un monde sans paupières
Mais sans fard

Juste un petit rêve ordinaire
Mais finissons ici l'histoire,
Et la poussière redeviendra poussière ...
"Demain, sur tout le pays, du brouillard".

Je coupe le son.

Partager cet article

Repost0