Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 18:34
On résume au néant
Trop de chairs et de sang
En ces temps
De bombes et de fureur

On résume en chaleur
Le grand désert blanc
De nos coeurs


On tire ou on s'ignore
On se signe, on est mort
Et le corps
Redevient cette poussière

Qui partout désespère
Quand elle vole au décor
Sa lumière


Il parait que l'amour
Parfois change les discours,
Les contours,
Et étreint l'infini

Dans une fusion de cris
Qui n'est pas un détour
Même si ...


Il parait ... ah légende
Si les enfants entendent
Qu'ils la chantent
Et peut-être, demain

On nous résumera moins
Aux pentes que descendent
Nos âmes que l'on contraint ...

15/05/2001
 sur la musique des couplets de
"Vu du ciel" (Alain Chamfort)

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 18:29
Aimer est sans force, aimer, au mur du temps qui passe,
N'est rien un souffle le coeur qui bourdonne peut-être un peu
Aimer n'a jamais rendu le ciel plus bleu
Encore faut-il le courage de faire une place

Encore faut-il que cela soit possible
Sinon ça ne vaut rien c'est une histoire à deux francs
Juste dans une gare quelqu'un qui lit un roman
Une trop belle histoire trop risible

Aimer enchaine plus qu'il ne délivre
Et quand ça réussit c'est qu'un ange était là
Et quand ça réussit c'est aussi que les pas
Voulaient vraiment vivre


Aimer est sans force, il prend sans compter
Tout au fond de nous
Et ne reste juste qu'assez de clous
Pour son cercueil quand il doit échouer

Même pas d'énergie, même plus assez
Pour tenir le marteau

Aimer le plus beau le plus traitre des mots
Mais qui ne rime pas avec jamais, pas tout à fait

Alors toujours se laisser repiéger et ...
Prier.

20/11/2000

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 18:25
Toujours ce monde hérite
De nos dettes de conscience
La pluie crépite en abondance
Quelque part des coeurs palpitent
Quelques pas encore, ne nous avancent
A rien. Quelque part des gens méditent
D'autres le nieront demain, c'est sans importance

Toujours la folie ressuscite

C'est sans importance

Des balles aussi crépitent
La fumée plutôt que la danse
La ronde des ambulances
L'horreur est une télésuite
Derrière les bonheurs, même immenses
Il y a une erreur, une absence
De pureté ... oubliée bien vite

A la naissance

L'amour ne sauve que les apparences
Un jour l'envie est juste trop petite
Pour continuer en ce sens
Encore quelques pas, ne nous avancent
Toujours pas plus loin

Et c'est sans fin, comme un rite ...

Sans importance


Pourtant j'y pense

Mais peut-être juste comme on évite
D'éteindre tout à fait la lumière quand balance
La lune au bout de la nuit, qu'elle nous habite

Parce que ça rassure : "ça pourrait être pire, quelle chance
Nous avons ! " Et demain la suite ...


Esprit au bord du sommeil, balance ...

19/11/2000

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 00:32
Balles au cœur, trop proche, Orient
Je saigne des mots quand tu meurs sur le ciment
Je n'ai rien compris bien sûr, juste l'émotion
Il est des images qui expliquent bien mieux que de longs
Discours

Pleurs aux oreilles, je te sens, Orient
Mais toujours tu échappes, et l'horizon reste blanc
Désespérément le même ...

Demain reviendra peut-être, en ce ciel que tu aimes
A sa valeur d'avant d'autres valeurs,
Une promesse qui ne serait pas un leurre

Une paix meilleure

En attendant il pleut des balles et il pleure des mondes
Avortés
En attendant, ce sont les mêmes images

En attendant surtout garde bien la rage
Jusqu'à ce jour béni
Où reconstruire dans un cri

Jusqu'au jour de dire non

Et d'être, peut-être
Plus que des hommes, une nation ...

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 00:29
Dispersé, vibration
Je m'éparpille, milles fragments
Voudraient trouver l'unisson
Mais nul firmament

Chute, mélange et assourdit
Beauté sombre, écho
Se tait sur un cri
Poussé une fois de trop

Une seconde j'ai su
De la suivante m'altérer
En ce flot qui me but
Multiples fois, m'abandonner

Et vibrer, encore
Pathétique rébellion ?
Mais ultime effort
Trouver le ton

Etre


Le feu qui progresse
Qui l'alluma pour moi ?
A l'heure les bourreaux paraissent

Etre, mais plus jamais moi


Autre chemin, tracé
Oracle de tout temps
M'y reconnaître entier
Scintillements

Mourir, renaître, comme paralysé
Céder à l'étonnement
Puis se sentir respirer
Un battement ...

Dispersé, vibration
Explosion, recommencement
- Toujours nous avançons -
Oubli, mains de vent

Plus loin plus haut porté
Deviner déjà
Autre idéaux autres chutes et
Mêmes pas

- Nous ne changeons pas -


Savoir les cendres
D'où nous venons
Ne plus attendre ...

Continuer la chanson.

Partager cet article

Repost0