Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 00:26
Dans chaque moment heureux, il y a encore toutes les douleurs vécues, qui donnent sa valeur à ce bonheur.

Dans chaque moment de douleur, il y a déjà tout le bonheur à venir, qui peut aider à les surmonter, si on accepte de le voir.

Le présent, bon ou mauvais, n'est qu'une étape, un seul moment, qui ne peut à lui seul nous définir, qui n'est ni un début, ni une fin.

Pour trouver la paix, il ne faut jamais perdre de vue ni d'où l'on vient, ni vers où on veut diriger nos pas.
Mémoire apaisée, et volonté tenace : tout est là.
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 10:02
Ce texte a été écrit autour de la proposition 5 de l'atelier d'écriture créative, constituée d'une liste de 20 mots, avec obligation d'en utiliser au moins 14. J'ai tenté de placer les 20, avec quelques contournements mais cela fait aussi partie de ce genre d'exercices...

Les mots imposés sont : anathème, bleu, charade, chatouilles, disque, doser, doucereux, encre, gribouiller, improbable, inavoué, miséricordieux, noeud, planète, pomiculteur, reconversion, tourniquet, tubulure, vinaigre, zéphyr.



C'est la nuit de l'Anathème. La rumeur courait depuis des heures, déjà. Les Compagnons, au sein des cercles de quartiers, avaient invité tous les habitants à se rassembler.
De chez moi, j'entendais maintenant monter les premières clameurs, en provenance de la grand-place. Et moi, je n'y étais pas.
C'était pourtant obligatoire, sous peine d'être arrêté par les Gardiens de la foi, conduit sur la grand-place, et présenté à la foule pour que l'anathème soit jeté sur moi, ainsi que sur tout ceux qui s'écartent de La Vraie Foi.

Amen !

J'ai toujours cru en un Dieu miséricordieux, en une vie meilleure sur cette planète si chacun acceptait Son Amour au fond de soi. J'ai noirci beaucoup de pages, d'une encre bleu profond, pour exprimer mes croyances et les faire partager. Ma femme disait toujours "arrête donc de gribouiller, tu vois bien qu'ils ne veulent pas de ce message". Et elle avait raison, mais je n'ai jamais renoncé à croire à cette improbable reconversion de l'humanité.

Aujourd'hui encore, je crois que ça serait possible. Mais pas comme ils ont voulu le faire, non. Ils se trompent. Ils ont trompé tout le monde.

Le jour où la bourse s'effondra, où chaque homme vivant sur cette planète perdit travail, logement, où la misère se répandit comme une trainée de poudre, soudain une main se tendit pour donner du pain, puis un but nouveau, aux hommes écrasés. L'Eglise de La Vraie Foi tendit une main compatissante vers chaque homme et chaque femme, pour les remettre debout, leur rendre leur dignité perdue. Ils ne demandèrent en échange que d'accepter Dieu en leur coeur... et je fus conquis.
Ils connaissaient mes écrits, et bien vite je fus approché pour devenir un Compagnon, un de ceux qui devraient "guider le troupeau des âmes perdues" vers La Lumière. Je crus qu'il était enfin possible d'oeuvrer dans le bon sens, et j'acceptai.

Il ne me fallut pas longtemps pourtant pour comprendre que derrière les paroles doucereuses , savamment dosées, se cachait une ombre inavouée, et que tous nous avions bu le vinaigre croyant que c'était du vin. Que dire en effet du "livre des charades", ce livre de prières "new age" qui bien vite remplaça la bible ? D'ici, en cet instant, j'entend la foule scander en coeur des mots en réponse aux charades énoncées par les Compagnons.

Et malheur à ceux qui ne savent pas répondre, que l'anathème soit sûr eux !

Le noeud au creu du ventre, qui ne me quitte plus depuis des semaines, vient d'exploser en une nouvelle bouffée cynique, qui me chatouille l'esprit, et je ne résiste pas à l'éclat de rire qui vient.

J'en ai assez de devoir doser mes émotions. Ce soir, c'est porte ouverte !

Malgré ce "livre" absurde, malgré les rafles, malgré l'interdiction des films, livres, disques autres que ceux "approuvés"... malgré ce qui avait l'apparence d'une vague d'obscurantisme religieux, faisant fermer les universités, proscrire la philosophie, les sciences... malgré tout je voulus croire encore, et je continuai à exprimer cette croyance devant des foules désormais dociles, buvant mes paroles comme si c'était une question de vie ou de mort.
Et bien sûr c'était le cas. J'ai vu ce qu'il advenait des rares qui continuaient à refuser mes paroles. J'ai vu les foules condamner, puis détourner les yeux à la dernière seconde, pour pouvoir nier encore la réalité. J'ai vu l'horreur dans toute sa plénitude : nous étions tous devenus, chacun de nous, les tubulures soigneusement raccordées d'une parfaite machine d'asservissement de l'âme. Et si un des tubes venait à se boucher, si le message ne passait plus... alors il fallait refaire les branchements autrement, purger le système.
Nous avions tous passé le tourniquet entre l'ancien monde et celui-ci, sans nous douter une seule seconde que ça serait pire de l'autre côté.

Ce qui m'a réveillé finalement... je ne sais. Peut-être le doux zéphyr ce matin, le grand soleil, la rêverie qui m'a pris pendant ma promenade matinale. Peut-être le regard affolé des gens qui me croisaient et bien vite récitait La Prière Essentielle. Peut-être rien de tout ça. Qu'importe finalement, l'essentiel est que là, ce soir, allongé auprès de ma femme, je ne cautionne plus les manipulations du nouveau pouvoir en place, je ne serai plus l'instrument de la dictature.

Quand ils viendront nous chercher, ils ne trouveront que deux époux endormis ensemble pour l'éternité. Deux âmes libres.
Et ce soir, à la fin des Anathèmes, ma dernière Prière enregistrée en libèrera d'autres j'espère. C'est tout ce que je pouvais faire.

J'offre à ma femme un verre de cet excellent jus de pomme, dont elle est si friande. Son père était pomiculteur, ce jus lui ramène son enfance toute entière.
Pas de meilleure façon de conclure.
Son regard me sourit, malgré le voile de larmes.
Je bois avec elle.

Puisse Dieu être vraiment aussi miséricordieux que je l'ai toujours cru...
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 14:49


"Autisme 2" - Laurence dSM
Des réflexions sur moi, le monde, la vie; des éclats de voix impossibles à faire entendre, alors j'ai pris ma plume ou mon clavier ; des mots qui ne pouvaient se plier à une forme poétique, et que j'ai donc laissé couler à leur façon ; des instants à part, certains plus longs, ou plus profonds, que d'autres... peu importe à la fin, l'essentiel étant que ce qui voulait s'exprimer est bien là, dans ces mots.

Aujourd'hui je les rassemble, ces instants divers, liés par la seule logique du temps qui passe, et je renonce à juger ... il n'y a que vous qui puissiez.


  1. Mort dans l'âme
  2. La piscine
  3. Je suis
  4. Aimer quand même
  5. Marée(s)
  6. J'écris
  7. Les absents ont toujours tort
  8. Attendre
  9. Adieu aux larmes
  10. Stop !
  11. Virage
  12. Noël
  13. Bonsaï
  14. Oser
  15. Tout savoir, n'y rien pouvoir
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 01:18
Tu viens puis tu pars
mais jamais tu n'es loin,
déjà nous sommes demain et
tu parles comme tu t'égares ;
d'un sourire se retrace le chemin,
 
nous sommes bien.
 
Et toutes les tristesses de hasard,
les coups de burin,
à la surface seulement, assassins,
les doutes et la mémoire,
 
gommés par nos voix qui s'amarrent,
dépassés, oubliés même à la fin
 
comme seul comptera l'écart
disparu entre nos mains
 
comme n'importera plus rien ...

15/02/2003
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 00:50
Nostalgie
de n'avoir pas été, encore,
dans la cacophonie ambiante
plus que quelques désaccords
communs ignorés romantiques,
plus qu'une longue "expérience"
sans fin renouvelée,
plus qu'un rêve inabouti,
une faute de conjugaison
- perpétuel contretemps -
plus que des mots additionnés,
même très beaux même sincères,
même essayés
 
Etrange saudade,
mais enfin conquise,
avec la certitude d'être
au delà de et plus que ça,
comme quand ta voix éclaircit
le souvenir du miroir,
comme quand je perd
l'envie de les briser tous,
sans savoir celui qui
nous reflètera demain,
comme quand je souris à ton sourire,
quand je saigne à tes larmes,
quand je m'efface, pour que tu sois
toi aussi au delà,
 
quand je suis heureux, simplement
que tu sois
 
et que la nostalgie disparait sans
un combat de plus,
 
comme quand je renonce à te cacher
ce que tu sais déjà,
même si ça ne change rien, même,
parce que ça a déjà tout changé,
parce qu'il y a une éternité derrière
ces mots-là,
une éternité qui embellira
chaque pas,
 
parce que l'amour n'est une fin
que sans fin recommencée,
qui ne se suffit pas,
parce qu'il y a aussi des amitiés au delà
de cet amour,
et des tendresses aussi,
des sentiments plus grands,
 
l'essentiel
seul nécessaire.
 

Etrange saudade, morte donc
de se vivre en te rêvant,
pour ne laisser la place
qu'à tes bonheurs si contagieux
 
et assez de l'essentiel pour être deux,
pour la vie, et même au delà si tu voulais,

à notre façon.

23/02/2003
Partager cet article
Repost0