Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 12:54
Pas eu envie de faire quelque chose de gai avec cette nouvelle liste, que l'on m'en excuse. Je vais là où les mots me portent, et ce n'est souvent pas là où on aurait pu le croire...

tableau, surprise, syntaxe, Rembrandt, miroir, océan,
s'envoler, construire, joie, délicatement, lettre

Je regarde ta lettre s'envoler vers l'océan. Le vent me l'a volée, mais je n'ai pas eu envie de la retenir. A la surprise de recevoir cette enveloppe de toi avait succédé la joie anticipée... Je ne m'attendais pas à ces mots-là, à ces phrases à la syntaxe parfaite, ciselées délicatement, mais avec tellement de froideur...

Nous aurions pu construire un autre avenir, nous aurions pu rester le miroir l'un de l'autre, et nous renouveler chaque jour sous un regard aimant... nous aurions pu tellement, à partager Rembrandt, Pessoa ou Hugo, à nous enrichir simplement d'être deux. Mais ce tableau parfait, tu n'en as pas voulu. A la place, il y a ces mots que déjà j'oublie, de toute la force de ce vent qui les emportent au loin, ces mots dont j'aimerais demain dire qu'ils n'ont pas plus existé que toute cette histoire, puisque tu n'en as pas voulu.

Je tourne le dos à mon bonheur qui me fuit. La seule façon de m'en sortir est de me dire que c'est mieux ainsi, que c'est aussi mon choix. On a les victoires que l'on peut, au prix de mensonges nécessaires.
Et ainsi, demain, mon coeur sera aussi froid que tes mots... mais je serai vivant, et il paraît que c'est le plus important. Une "belle" vie mécanique sans rêves...

Je prie quand même pour que les larmes viennent et me gardent humain, au fond...

08/01/2007
texte republié
Partager cet article
Repost0
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 12:41
On n'échappe à rien, pas même à ses fuites
quand on se pose, on est mort

Jean-Jacques Goldman - "On ira"



Je ne résiste pas à l'envie de vous faire découvrir un site très complet sur Jean-Jacques Goldman, divers artistes pour lesquels il a écrit, ou des artistes proches. Il s'agit de "Parler de sa vie", une vraie référence, avec tous les textes de chanson, une biographie de Jean-Jacques, des news (peu nombreuses malheureusement, l'homme est discret)... et plein d'autres choses que je vous laisse découvrir.
Je vous souhaite une agréable promenade (et plus si affinités) dans l'univers de ce poète / auteur-compositeur interprête / être vraiment humain.
Partager cet article
Repost0
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 00:58
La véritable musique est le silence
Toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence.

Miles Davis




Y a des qualités de silence

comme les étoffes, ou le bois
des profonds, des courts, des immenses
des que l'on n'entend presque pas

Jean-Jacques Goldman - "Tu manques"
Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 22:00

Une liste de mots imposés très "parlants" ont fait naître le texte qui suit.

Merci à Arti / Béa, pour la photo qui l'illustre si bien :-)


bleu phtalo / elle / loin / absent(ce) / manque / désarroi / lumière

regard / chaussette / ours en pluche / 3h95 / cigarette




Elle ne sait pas les mots pour dire ce qu'elle ressent, n'a jamais su. Ne saura pas plus cette fois. D'ailleurs il est parti, déjà, loin, trop tard pour dire quoi que ce soit. « Besoin de respirer à nouveau », a-t-il dit, loin de ce même désarroi écrasant où le manque le noyait. Le manque de mots. Absent « le temps de faire le point ». C’est définitif, un point, ça finit une phrase. Elle aurait voulu être plus qu’une phrase, ou pire, une parenthèse raturée. Elle aurait voulu pouvoir le retenir, celui-là, lui dire ces choses belles, douces, tendres, qu’il mérite tant... mais rien n’est venu.

Elle ne sait pas les mots, juste la lumière, la couleur, la transparence. Elle n’a que son regard sur le monde à offrir, et elle l’offre sans compter. En ce moment elle lui hurle un « je t’aime » bleu phtalo, et la toile irradie. Si seulement il avait pu voir au-delà du dessin, si seulement… même pas pu lui faire comprendre que c’était pour lui, tout ce bleu… Il est parti avant. Mettre un point à une phrase dont elle n’a pas pu écrire un mot. Mais personne ne l’empêchera de finir ce tableau pour lui, même pas son absence. Même pas la cigarette qui l’appelle du fond de son âme et qu’elle ne fumera pas, pas pendant qu'elle peint. Même pas l’ours en peluche qui, du lit, l’observe en ricanant bêtement, une chaussette sur la tête (qu’elle lui a lancé, de rage… raté… ). Même pas les 3h95 de la pendule et le pinceau en triple exemplaire pour seulement deux tableaux, zut, un de trop. Encore un verre de Cointreau et ça fera 3-3 ?

Elle respire à fond. 1 partout. Elle peint.

Rien, vraiment rien, ne l’en empêchera.

------

Réveil.

Endormie par terre, au pied de sa toile. Inachevée. Une main la frôle.
Rêve-t-elle ? Non, c'est bien lui. Pas rasé, l'air hagard. 3h95 ?

Il ne regarde qu’elle, ses cheveux en vrac, ses yeux bouffis.
Pas la toile. Elle prie pourtant, fort.

Elle en pleure.

Alors lui aussi, et leurs larmes se mélangent, nouvelle couleur à repeindre la vie.
Leur vie…

------

Il n'a pas pu se passer d'elle. Elle non plus.
Plus jamais ils n'auront besoin de mots.

 

 

 

L’amour ce ne sont pas des mots, dits ou écrits, ce ne sont pas des choses, tableaux, sculptures, cadeaux. L’amour c’est l’intention, les actes, et ça peut aboutir à des mots, des choses… mais un silence, un regard échangé, des gestes, l’état dans lequel on peut se mettre par amour... peuvent, doivent toujours suffire à comprendre…

 

Si seulement nous savions tous ressentir ces choses-là…

 

Si seulement il n’y avait pas ce manque intense de ce « je t’aime » qui rassure tant…


 

29/12/2006

(texte republié)

Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 15:31
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n’est pas impossible que tout le monde ait tort

Gandhi
Partager cet article
Repost0