Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 12:59

Noël est un étrange défi. Un balancement sur l’axe de nos enfances, en équilibre sur celles qui naîtront de nous. Le mensonge nécessaire, qui fait la réalité plus belle ne fusse que quelques instants, l’espace d’un souffle, l’espace de ces lucioles posées, multicolores, aux vitrines et partout dans les rues et les maisons, jusque dans nos cœurs.

Noël n’est pas une évidence. Comme pour cette petite fille, qui ne voulait que la paix dans le monde, mais le paquet était trop petit pour ça bien sûr, alors elle reçut une Barbie. Et évidemment, elle en fût heureuse, même si un doute restera tout au fond de sa conscience. Combien d’années faudra-t-il pour qu’elle aussi offre un jouet pour un idéal ? Car les grandes choses naissent du moindre rêve, aussi banal soit-il. Et peut-être par leur amour, un jour, Barbie et Ken sauveront vraiment ce monde de lui-même. Mais qui pourra vraiment l’expliquer à une petite fille ?

En attendant elle joue, et cela la protège un temps de la laideur autour, et son plaisir protège ses parents attendris.

Noël a les victoires qu’il peut.

Certains n’y verront jamais que du commerce. Il est vrai que le cynisme ambiant tend à donner cette même couleur uniforme de boue à tout ce que nos yeux peuvent aimer, tout ce à quoi nos cœurs pourraient aspirer. Une dose de solitude en plus, et il n’y a plus de différences, comme pour cette femme qui ne verra pas ses enfants cette année non plus, cette femme qui voulut un mieux, un jour … et aucun amour, aussi grand soit-il, n’apaisera le mal qui la ronge. Il faudra attendre demain, d’autres Noël, où peut-être de jeunes adultes se souviendront d’elle, et lui offriront la délivrance par leurs sourires. Mais qui osera lui dire que mille présents vides ne font à coup sûr un avenir raté ? Qui pourrait faire qu’elle y croit juste un peu ?

Parfois Noël est une fin, aussi, ultime cadeau d’une vie bien remplie. Comme pour cet homme de 80 ans, qui ne pensait pas pouvoir sentir encore le goût d’une fête. Ses arrières petits-enfants sautent sur ses genoux et s’égayent en tout sens. Il est heureux, pleinement.
Dans deux semaines, peut-être, il ne sera plus là. C’est ce qu’en disent les médecins. Mais le miracle de Noël, c’est qu’il n’en a plus peur.

La vie ne s’embellit pas à date fixe. Mais il suffit de peu, parfois, pour qu’elle retrouve la lumière perdue. Et s’il suffit pour cela de croire, alors croyons encore, redevenons nous aussi des enfants émerveillés au-delà de tout.

Et construisons ensemble un joyeux Noël.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 20:57
La confiance et la communication sont deux piliers fondamentaux de toutes relations humaines, qui dépendent l'un de l'autre : si l'un vacille, l'autre se fissure vite, et tout l'édifice ne tarde pas à s'effondrer.

On peut difficilement reconstruire une confiance perdue, le plus facile pour garantir de bonnes relations est donc de soigner la communication, d'être attentif au moindre mot, au moindre signe envoyé par l'autre / les autres, et à ne pas manquer aussi d'être clair dans ce que l'on exprime. On peut éviter ainsi les malentendus, les maladresses dues au stress, et même les problèmes liés à la distance. Il est évidemment plus facile de communiquer face à face, car les moyens modernes (téléphone, internet) qui semblent faciliter les choses, les compliquent en fait par les multiples limitations et problèmes techniques. Il faut redoubler de vigilance pour ne pas perdre le côté humain, et donc la compréhension émotionnelle. Cela passe par les intonations de la voix, les smileys laissés dans les messages, l'expression claire de ce que l'on ressent en plus de ce que l'on veut dire, pour être sûr que le message ne soit pas "parasité".

Rien n'est simple, mais si la confiance est là, tout est possible...
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 16:30
Ce texte fait partie du recueil "à quatre mains". Tilk l'a posté en réponse à "D'en face" sur ce blog, et j'avais répondu dans les commentaires également.



un poème
un miroir
un autre poème

un va et vient
un reflet 
une réplique

un échange
un débat
une rencontre

17/10/2007
des images
d'autres
lumière, ombre

opposées
complémentaires
des images

qui se choisissent
s'entremêlent
divergent

puis se retrouvent

dialogue
qui se poursuit
d'âme à âme...

18/10/2007
Michel - Faux rêveur
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 09:10
En réponse au poème "Les barreaux" de Tilk, que je reproduis ici, je vous présente la suite que j'ai écrite dans les commentaires sur son blog.
N'hésitez pas à lui laisser également vos commentaires.




les barreaux
du monde
sont très nombreux

ces barreaux
ne s'érodent 
pas facilement

ils déchirent
le vent 
de mes mots

alors
je passe
entre les barreaux

ils pleurent
un peu plus fort
essayent de m'émouvoir

ils pleurent
mes vieilles larmes
je souris

je les laisse
à ces douleurs qui ne sont plus
et dans le vide en moi

dans le vide
qu'elles ont creusé
je met autant de ciel

que je peux

Michel - Faux rêveur
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 14:25
Je suis tellement angoissé que, quand le pire arrive, j'en suis presque soulagé.

Partager cet article
Repost0