Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 07:17
Ce matin tu m'as dit : "j'en ai assez, cette fois c'est la fin ! ". Et puis tu m'as planté là, sur cette scène mal écrite, que tu avais voulu présenter comme une conclusion. Mais tu te trompais, ce n'était que le début.

Dans les blancs de ta véhémence, il me fallut bien deviner le "pourquoi" que tu avais gardé pour toi, chercher un sens à tes mots. Car il y en avait sûrement un, on n'arrive pas à de tels extrèmes sans raisons.
Je dus ignorer ma douleur, prendre du recul, pour pouvoir écrire vraiment l'histoire que tu n'avais qu'ébauchée, la suite inéluctable dont tu m'avais laissé la responsabilité, et qui n'appartiendrait donc qu'à moi.

Ce soir, ton regard embué se pose sur les caisses, les valises, le camion, et tu me dis "Arrête ça, je ne pensais pas ce que je t'ai dit, je t'aime". Et tu me proposes à nouveau une fin à ta manière, mais tu te trompes encore. Ce ne serait rien d'autre qu'un retour au début du film, avant même la première seconde. Mais je l'ai vu ce film,  comment l'oublier ? On ne peut vivre deux fois les mêmes moments, ceux-ci ne pourront être autres parce que tu les regrettes. Ils t'ont changée, autant qu'ils l'ont fait pour moi. On ne peut revenir en arrière que quand tout reste identique par ailleurs, comme dans un film. Sinon, on continue.

Je continue. Sans toi.

Tu pleures. Je démarre.
Je pleure. Mais il était trop tard.
Il me manque encore la suite à donner à ce nouveau départ. Mais je trouverai...
Partager cet article
Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 20:14
Si éclairants soient les grands textes, ils donnent moins de lumière que les premiers flocons de neige.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 11:27

ATTENTION : L'extrait qui suit pourrait choquer les âmes sensibles, et est donc à déconseiller formellement à ceux qui n'aiment pas les thrillers, l'horreur, etc...



"J'aurais pu épargner la grand-mère, qui somnolait dans le salon, inconsciente des horreurs qui venaient de se jouer.  Je pourrais dire que son oeil entrouvert laissait planer le doute, qu'elle aurait pu l'instant d'après sortir son riot gun et m'abattre... c'est vrai... mais à ce niveau-là, plus de prétextes qui tiennent, j'avais juste une envie dévorante de plonger encore une fois ma lame dans la chair tendre d'une gorge offerte, et sa simple présence sur mon chemin fut une provocation suffisante."


Ainsi commence "Enchaînement", ma dernière fiction, publiée sur le blog "Chairs et âmes". J'ai hésité à signaler ce texte ici, car il est assez particulier, et comme mentionner dans l'avertissement, pourrait choquer... mais les quelques retours que j'en ai eu jusqu'ici m'ont convaincu qu'il était quand même "lisible".

Alors si le coeur vous en dit, attachez votre ceinture... et en route :-)

Au plaisir de lire vos commentaires (si possible directement sur le blog où est publié le texte) :-)


Partager cet article
Repost0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 14:55
En réponse au poème "C'est maintenant qu'ils me parlent" de Tilk, que je reproduis ici, je vous présente la suite que j'ai écrite dans les commentaires sur son blog.
N'hésitez pas à lui laisser également vos commentaires.




maintenant
le vent 
et la pluie

maintenant
ils parlent
à la mer

maintenant
ils me
parlent

ils parlent
à la mer
et ils me parlent

ils me disent
regarde
l'horizon

lui
il parle
aux ombres

comme avant
les jours
les plus sombres

comme 
avant
ton arrivée

01/01/2008
L'horizon parle
un langage ancien
plein de désespoir

de rage
de solitude
de noirceur

il parle
droit aux coeurs
qui l'écoutent

il parle
et la raison vacille
les voix hurlent

je regarde ailleurs
comme il entonne
sombres orages

ces chants hantés
des jours les plus sombres
avant ton arrivée

je regarde ailleurs
là où il n'avait jamais cessé
de manquer

un autre horizon à opposer
quelque chose à espérer
je regarde, là,

vers où tu es restée...


28/02/2008
Michel - Faux rêveur

Partager cet article
Repost0
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 11:47
Il faut dépasser le but pour l'atteindre.


Partager cet article
Repost0