Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
27 mai 2000 6 27 /05 /mai /2000 00:00
Il est de communes déchirures
D'autres comme celles dont un cœur s'éteint
On a beau veiller à l'éclat des parures
Sans la légèreté d'aimer tout cet or n'est rien

En certains passés je sus
Cette vérité à travers
La moue des saisons mal bues
Je fonçais tête la première

Etait-ce un piège d'en être fier ?

Au flot du trouble sang inversé
Au règne d'une nouvelle terreur
- En toute rose ses épines - Je saigne, c'est assez
En dire. Il y aura d'autres heures

Et d'autres douleurs sans doute, déjà comptées
Ame nue rouée de coups, jusqu'à quand
Se relever pour continuer jusqu'à quand aimer
Et tout donner brûler abandonner avant

Qu'il n'en soit plus temps, jusqu'à quand ?


Douteuses certitudes
Convictions perdues
Ce qui vient du Nord, au Sud
Est-il sûr qu'il s'habitue ?

Il est de communes déchirures
Et un cœur qui s'en éteint chante banalement
Une qui fit telle rature
Que pour la gommer il faudra sûrement

Inventer je ne sais trop comment l'instrument

Et tantôt je l'aperçois – il me semble du moins
Et tantôt c'est un désert blanc
Tantôt le froid s'évanouit au matin
Tantôt souffrir subir au présent

Et toi qui ne comprend tout mais m'aime
Toi que je déchire à mon tour de ne pouvoir
Ces ombres les garder miennes en un silence
Et laisser un sourire apaiser, immense

L'effroyable vide en tes yeux qui me sondent
Quand tu te noies en mes idées noires
Quand tu sens bien que la terre n'est plus ronde

Toi que je déchire de ne vouloir te faire croire
A de nouvelles chimères


Et tout le bonheur qui ainsi s'enterre
Tout l'espoir qui se perd, l'espoir

Mais que faire ?

Du futur pardonne-moi de perdre la mémoire …
Partager cet article
Repost0
26 mai 2000 5 26 /05 /mai /2000 00:00
Nous avons modelé
La lumière de nos mains
Avons su donner
Un sens aux lendemains

Dans quelque oasis
Deviné dans le reflet
Une vérité dont nos fils
Reprendront le chant imparfait

Quand viendra leur tour de toucher ciel.

Mais saurons-nous l'attente aussi
Avant l'ère des miraculés ?
Ce qui gronde n'est pas d'ici
N'entend rien aux mots de paix

Juste « vouloir » et « déchirer »

Saurons-nous tenir malgré la sécheresse des puits
Jusqu'à ce qu'étende ses ailes
A jamais sur nous

L'Amour Fou ?


Toujours une voix appelle
Qui ment à chaque son
Mais si crédible et parfois si belle …
A la source puise nos obsessions

Peurs accumulées
Cette voix que l'on ne peut jusqu'au bout nier …

Nous avons fait, l'espace d'un souffle seulement,
Presque tout le chemin
A l'heure d'achever prodige, comment rester serein
Quand montent les douleurs, si lentement ?


Quoi que je te promette
Je me sais capable, instantanément
Du contraire. Autant d'amour que tu prêtes
A ce regard, n'ignore pas pourtant
La part de haine qui dévore tout derrière
Saurons-nous faire ces quelques pas encore
Ce monstre, sauras-tu le faire taire ?

Tant d'essentiel que pourtant j'ignore …

Je ne sais même rien ou presque de nous
Sinon que c'était écrit
Et puis l'Amour Fou


J'attend l'avenir où il aura suffi
Même si je sais aussi
Tous les autres possibles …
Partager cet article
Repost0
25 mai 2000 4 25 /05 /mai /2000 00:00
Tes bras qui protègent
La profondeur de l'instant
Ta peau qui désagrège
Au fleuve aimant

Cette voix fausse résonnant

Ta voix qui allège
Peur de l'insuffisant
Et dans ce doux piège
Qu'à deux construisant

Nous n'avons craint finalement
De laisser nous retenir

Nous avons pour l'avenir
Poser sans y penser
Une brique de plus … avant de continuer.


Ta présence volontaire
Un grand collier d'air
Et c'est peu dire
T'aimer comme tu respires
Tout ton être …

N'avoir de maître
Que le désir

Et par tels souvenirs
Demain exister …
Partager cet article
Repost0
23 mai 2000 2 23 /05 /mai /2000 00:00

Soleil cynique
Si froid dedans
Comment faire, comment ?
Vaines répliques

Minutes acidifiées
Quand ne devrait
- Amour aux aguets
Pouvoir nous toucher

Que bonheur d'exister

Mais Cauchemar
A suivi le torrent
Où, à présent
Miroir

Retrouver ta vérité ?


Attendre, résigné
Suite hors contrôle
Refuser le rôle
Avant de s'identifier

Refuser demi-mesures
Concessions étrangères
N'accepter de lumière
Que la flamme pure

Initiale


Soleil cynique
Le faire taire
D'une rage claire
Nulle critique

Juste entière
Mais pas de fer
Chair et sang
La seule exigence qui soit

Nulle barrière entre toi et moi.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2000 3 17 /05 /mai /2000 00:00

Des fragments, chaque fois
D'un bonheur, comme il se doit
Juste des fragments, jamais
Davantage, jamais ne peut durer

Attendre, pourtant
Oublier que cette loi dépasse nos sangs
Attendre, et au moment où …

Dis-moi que nous ne finirons pas fous
Dis-moi …

Comme à ce moment-là
Comme moi qui te le cache bien mal
Sûr que ce désir si normal
Est si sale
Qu'il ne mérite même pas
Un geste pour le montrer
Geste pourtant que rien ne peut empêcher

Pas plus qu'une grenade dégoupillée d'exploser.


Des fragments, errants
Recollés patiemment
Pour faire en ce puzzle immense

Comme une place pour ce bonheur
Jamais entier
Par erreur ou Autre Volonté
Comme pour donner
Un autre jour une autre chance à la chance …

Comme pour nous donner, en quelques droites déviances
Juste l'espoir, juste … la paix.


Demain nous saurons où nous serons arrivés.

Partager cet article
Repost0