Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 20:36
Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots. Et si les mots étaient faits pour ça ?

Boris Vian
Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Ce petit texte m'a permis de devenir chroniqueur sur le site de Françoise Guérin [url=http://motcomptedouble.blog.lemonde.fr/2007/04/16/page-blanche-a-ernest-j-brooms-2/]MOT COMPTE DOUBLE[/url]. Mon épouse trouvait que je devais être "gentil", ne pas trop heurter dans un premier temps. Françoise Guérin a apprécié mais la deuxième étape fut d'envoyer d'envoyer "[url=http://motcomptedouble.blog.lemonde.fr/2007/05/08/lettre-a-mon-fils/]Lettre à mon fils[/url]", ce qui est plus révélateur de ce que j'écris. Et là, les commentaires ont fusé. Je t'invite à les lire. C'est pas triste. Et là, c'est moi. Tel quel. Un peu provocateur. Bonne lecture en cliquant sur les liens.NB. J'espère que mes "liens" fonctionneront...
Répondre
F
pour faire des liens dans les commentaires sur OB, il faut "éditer la source" et jouer avec le html (nom du lien) J'irai te lire, quand la brume de cette soirée (et d'un très bon film sur france 2, "La femme et le pantin") se sera dissipée, après un sommeil sans nulle doute rêveur, pour une fois...Et je ne manquerai pas de t'en dire tout le bien (ou le mal) que j'aurai pu en penser...
S
Sans mot que dire ?                 
Répondre
F
tout ce qui passe dans un regard, des gestes, une attitude... tout ce qui se passe entre des personnes en face à face, quand les mots s'éteignent... mais on ne peut pas tout dire ainsi évidemment, on n'a pas encore inventé mieux que les mots, même s'ils sont terriblement maladroits, imprécis, insuffisants, parfois...
E
Vie de mots Mes mots n’étaient que bribes à peine audibles à l’oreille nue. On les devinait seulement à quelques enflures étranges. La pluie vint, se mêla à la terre, les humidifia. Ils s’étirèrent comme réveillés d’un songe fabuleux et tendirent leurs syllabes. Debout, tremblant encore sur leur jambages, ils se mirent à avancer lentement d’abord. Personne n’y prêtait attention, ils se perdaient dans la masse des sons mais imperceptiblement, ils se musclaient.Lorsqu’ils se sentirent plus forts, ils adoptèrent un trot régulier. Là déjà, plusieurs badauds se retournèrent sur eux et furent vite dépassés. L’admiration naissait dans les oreilles. Si jeunes et déjà si performants ! Le rythme devint de plus en plus rapide.Du trot, les mots passèrent au galop et les suivre  devenait impossible. Certains allaient si vite que les oreilles ne percevaient plus qu’un bruit étrangement déformé, ne laissant deviner que leur début et leur fin. L’émulation aidant, tout mon lexique adopta une vitesse folle. L’ivresse suprême ! Tout le décor bascula. Des horizons sans cesse nouveaux surgissaient au loin.Les hommes tendaient l’oreille dans telle ou telle direction, croyant avoir entendu un bruit. Puis, ils s’en retournaient à leurs occupations matérielles. Intrigués d’abord, mais vite, indifférents, ils ignorèrent désormais les mots devenus insaisissables. Les soirs d'ennui, certains racontent leurs souvenirs et parlent de ce qu'ils ont jadis entendu et qu'ils appelaient du nom mystérieux de "poésie".EJB
Répondre
F
magique... merci pour ce partage qui me laisse sans voix... :-)
Z
Je découvre ton blog avec plaisir.
Bonne continuation poète.
Répondre
F
merci :-)
O
Il y a tant de mots que je voudrais dire
il y a tant de mots que je ne voudrais pas dire
Boris Vian
 
Répondre
F
Et puis il y a les mots qu'on dit, faute de mieux...:-)Merci pour cette citation, je ne la connaissais pas :-)