Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 08:29
Je suis la réponse à toutes les questions que tu ne te poseras jamais, le bâton dont tu n'as nul besoin pour appuyer tes pas. Je suis la logique qui entrave tes passions, et la passion qui n'est que danger sur ton chemin. Je suis tout ce qui n'est absolument pas fait pour toi, malgré quelques trompeuses semblances. Mais je t'aime, et tu aimes cela : plaire aussi loin de ce que tu es.
Tu veux voir complémentarité où ne règnent qu'oppositions, sécurité dans le lit de tant de déchirements à venir. Tu veux y croire car ton esprit ignore encore que tu n'en as pas besoin.

Tu es parfaite sans moi.

Ce compromis que nous serions est le pire des échecs que tu pourrais vivre, mur définitivement infranchissable.

Séparons nos chemins, rejetes-moi à l'oubli. Tu seras bien plus entière ainsi...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Stéphane 01/12/2008 15:58

Texte difficile à vivre car vécu, sacrifier un amour sur l'autel d'une liberté ( celle de l'autre...), plus facile à écrire qu'à vivre...Et encore...
Touché le Stéphane...

Michel - Faux rêveur 04/12/2008 07:22


pas facile, ni à vivre ni à écrire, je peux te l'assurer... il faut se faire violence à un point inimaginable pour en arriver à formuler de tels mots... il faut que ce qui agresse soit vraiment
d'une force insensée pour justifier... ou alors il faut s'en moquer, ne plus aimer. Mais ça, je ne sais pas faire, pas avant de partir en tout cas. Quand je pars, ce n'est pas parce que je n'aime
plus, mais parce que je souffre trop (ou que l'autre souffre trop mais ça revient au même pour moi) ...


L'Oeil regardait cahin-caha 10/08/2007 00:39

C'est triste, mais pas d'adieu aux âmes surtout.

Faux rêveur 10/08/2007 00:43

oh non, surtout pas...

chrystelyne 09/08/2007 16:35

Très belle et touchante prose !,
lorsqu'aimer entrave la liberté de l'autre ,
lorsqu'aimer  n'est plus source d'épanouissement,
lorsqu'aimer épuisent  les forces vives de l'autre ,
avoir le courage  d'un adieu aux larmes  !
amicalement chrystelyne

Faux rêveur 09/08/2007 17:12

Avoir la force, le courage, de partir..."savoir aimer ... et s'en aller" comme le chante Florent Pagnys'arracher le coeur, se déchirer l'âme, parce que ne pas le faire serait pire, et que ça cicatrise toujours (même si on n'y croit pas)...pas évident tout ça...

Ernest J. Brooms 09/08/2007 11:04

"C'est moi qui t'ai suicidéeMon amourJe n'en valais pas la peineTu saisSans moi tu as décidéUn beau jourDécidé que tu t'en allaisSorry angelSorry soSorry angelSorry so" (S. Gainsbourg)

Merci d'avoir repris mon site parmi tes liens. Merci pour ces beaux textes que tu fais paraître. J'ai appelé Gainsbourg pour faire écho à ton adieu aux (l)armes.
EJB

Faux rêveur 09/08/2007 11:09

Un tel voisinage m'honore, merci pour les compliments et ce texte, très à propos...

Claire Ogie 09/08/2007 09:44

Cruel mais nécessaire retour à la réalité. La réalité mais celle de qui au fait ? C'est souvent le genre de question que l'on se pose dans un tel contexte. J'aime bien ce genre de "découverte " sur soi et sur l'autre, même si cela est atroce à vivre. C'est toujours plus épanouissant après.

Faux rêveur 09/08/2007 10:07

constat atroce, oui... c'est le moins qu'on puisse en dire... mais constat nécessaire. Quand on en arrive là, ce qui fait souffrir, ce n'est pas la situation, c'est l'aveuglement qu'on met à y rester plongé...