Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 18:17

Copeaux,

sciure,

rides s’installent.

On ferme les yeux

qu’elles nous laissent pour être nous

on ferme

la porte à la vérité

on ferme

pour encore un peu garder

nos pas le long des allées

les rires les

jeux,

avant,

hier

et pourquoi pas aujourd’hui aussi,

aujourd’hui pour durer ?

 

Mais nos enfances, à nos fronts

on fait leur lit

sans pelles ni canons

juste la vie

- respirer, et le reste toujours suit -

 

Flamboiement

des souvenirs tellement présents.

On détourne les yeux

du miroir pour les rouvrir

sur un monde un peu plus décor

 

car l’important

n’a cessé d’être ailleurs, l’important

malgré les apparences :

 

vivant.


 

20/09/2002

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
quelques musiques douces pour accompagner ce soleil couchant
http://media.putfile.com/Patricia-Barber
http://media.putfile.com/cantique
http://media.putfile.com/Boubacar-Traore
http://media.putfile.com/Rokia-Traore
 
Répondre
F
je vais écouter tout ça... Merci beaucoup !
M
en parlant de flamboiement:
 
Répondre
F
simplement superbe... merci :-)
D
Y'a toujours ce petit quelque chose dans tes textes qui donne au mot le goût de la vie... Goûteux, tes textes. Le temps qui passe est un thème universel, et pour cause, il est la seule limite qui nous échappe, nous, êtres éphémères...Au plaisir, toujours.
Répondre
F
merci... :)
N
comme le disait JP Sarte : Exister, c'est être là, simplement.
Encore un Pessoa = "Qu'il est dur d'être soi-même et ne voir que le visible".
Ce poème je le verrais bien en chanson, tant il rythmé..
Répondre
F
difficile de rendre en musique la sorte de syncope que j'ai voulu rendre ici... mais si le coeur t'en dit d'essayer...
V
Au tout début le sentiment que les écailles tombent des yeuxles unes après les autreset puisla vie qui revientde ce dépouillementla vie toujours plus forte...Très réussi ce changement de rythme, Michel.
Répondre
F
beaucoup de genres différents, de styles aussi, dans mes écrits... Je ne peux éviter la répétition de thèmes mais au moins ai-je cherché tout le long à ne pas trop m'attarder dans une même forme...