Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 18:41
Demain il y aura
- Tout le chante par avance -
D'autres mots tout nouveaux, de ceux là qui ne dansent
Même plus, ça ne sert pas à ça
Un mot aujourd'hui !

Il faut que ça soit précis

Des mots tout nouveaux pour dire
Des choses et des idées, nouvelles aussi, même si
Toujours le progrès se visionne de loin pour qui
Veut vraiment le regarder sans le fuir
Des mots déjà usés avant même d'avoir servis

Et puis

D'autres que l'on n'entendra plus
Pour des réalités qui existeront encore
Dans les mémoires ou dans le silence, des accords
Disparus des dictionnaires, perdus
Demain il y aura de telles inepsies

Comme aujourd'hui

Heureusement il restera toujours
Des gens pour l'écrire autrement
Pour trouver à la faire chanter pourtant
Cette langue aux contours
Trop polis

Pour être honnêtes comme on dit

Il restera dans les recoins des tours
A la terrasse des cafés, ou même dans les journaux
- Même si ça y sera encore moins courant en ces temps nouveaux -
Des gens pour ne se plier qu'à l'amour
Du verbe, pas aux intérêts du non-dit

Des gens pour écrire qu'il y a une vie

Et la faire vivre à ces autres gens qui liront
Des gens pour savoir encore ce qu'écrire
Veux dire


Et tant qu'ils existeront
Il restera une chance que le monde tourne rond
Parfois
Il restera
Un espoir
Demain

Au moins un espoir entre le début et le point.

23/06/2001
Partager cet article
Repost0

commentaires

henri 10/12/2006 19:39

Demain, Il y aura toujours des artistes et des créateurs! Je ne m'en fais pas ;-)

Faux rêveur 10/12/2006 20:42

Tu devrais t'en faire. La multiplication des moyens de communication et d'autopublication gratuite mène à une multiplication du nombre de sites / livres, à un appauvrissement progressif de la qualité au profit ... ben du profit, justement. Tout le monde se croit artiste, directement du cerveau au blog sans retouche... et au final, les lecteurs ne savent plus faire la différence entre le bon du mauvais, ou bien renonce à chercher le bon, tant il y a de mauvais... et donc les vrais artistes et créateurs, ceux qui auraient quelque chose à dire ? Etouffés dans la masse. Muselés par la société de consommation, l'imbécilité d'un système...PS : qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit. Je ne prétend pas être un vrai artiste. Je sais que j'ai extrêmement peu de chances de publier un jour, et que vu la quantité de publications et les intérêts financiers, même si le miracle arrivait, je passerais inaperçu dans la masse, et le fait d'être publié ne voudrait pas  forcément dire que j'écris assez bien pour mériter de l'être... Je connais plusieurs vrais écrivains, qui ont (n'ayons pas peur des mots) du génie, qui ont même déjà publié... et qui n'arrivent plus à publier, qui rament de refus en refus... Une seule chose à faire : s'organiser pour résister. Il doit bien y avoir une solution... mais on n'y est pas encore...

Nato (Kromatic) 10/12/2006 19:38

Mais c'était au xixème siecle, je ne crois pas que cette vie soit possible.. Ce qui me fait penser qu'il fait froid et aux pauvres gens dans la rue.. Comment peut-on supporter cela ?

Faux rêveur 10/12/2006 20:35

... (silence pour éviter de dire des banalités - lis quand même mon texte "Là où il est", à l'occasion) ...

Kromatic - Nato 10/12/2006 17:23

J'ai trouvé hier un petit recueil de poèmes du moine zen Ryokan, qui vécut ermite, pauvre et mendiant. Pour le plaisir, un de ces poèmes :
Mille sentiers figés par le froid
Dix milles sentiers sans trace d'homme
Chaque jour je ne fais que méditer face au mur
Parfois j'entends la neuge qui frappe à ma fenêtre..
Le vai, le faux, quelle importance ?

Faux rêveur 10/12/2006 17:31

:-) Je comprend très bien... le retirement, la pensée comme vie la plus vraie, l'indifférence au reste... Il y a des moments où je me dis que ça serait sans doute une belle vie... Je ne parle pas de "mendiant" bien sûr...

Florian 10/12/2006 14:23

Félicitation pour ce poème, et pour ce blog en général...
Que ce soit dans la réalisation ou dans le fond, il est très bien.
Bonne continuation, et au plaisir de vous relire.

Faux rêveur 10/12/2006 14:58

merci beaucoup :-)

Viviane 10/12/2006 10:19

très beau poème dont l àencore les phrases coupéespuis rebondissantesme parlent une fuite du poète vers un monde plus beauvers demain à chanter colorier ou batir...Qu'il nous reste des points pour broderl'infini..

Faux rêveur 10/12/2006 14:57

:-)