Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Licence Creative Commons
Ce blog et les écrits qu'il contient sont mis à disposition par Michel Bosseaux (l'auteur) selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.
 
 

Newsletter
 

 

Référencement


Mes autres blogs
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 01:10
Il y aurait beaucoup à dire
Sur les poissons hors des aquariums
Sur un cri puissant et clair qui résonne
Dans l'écho mieux que dans un micro, à vrai dire

Il y aurait de belles phrases à aligner
Sur l'oisillon auquel sa mère apprend à voler
Sur les fleuves que rien jamais ne devrait inverser
Sur la vérité quand elle s'affiche quoi qu'il doive en coûter

Tant il vrai que le monde sait être beau
Même et surtout quand après l'éclair il tonne
Quand les hommes apprennent à être des hommes
Et à ne se soumettre qu'à leurs idéaux


Il y aurait, c'est sûr, tant à expliquer
Mais inutile d'insister
Plus ici

Tous les vrais vivants auront déjà compris

- Liberté, liberté chérie … -
Partager cet article
Repost0

commentaires

Barbarette 02/12/2006 12:37

De beaux mots, comme toujours. Belle journée libre à toi ;o)Une petite pensée pour tous les prisonniers politique, journalistes etc... ;o)(je sais c'est la journée où il faut penser au SADA, mais moi je pense aussi à d'autres trucs en même temps ;o))

Sissi 02/12/2006 06:00

quand après l'éclair, il tonne;...
que ruisselent des larmes fraîches,
des perles de la nature..
a voté !

Faux rêveur 02/12/2006 11:06

:-) merci

Kromatic - Nato 01/12/2006 22:42

et qu'ils ne le perdent pas leurs idéaux les hommes..

Faux rêveur 01/12/2006 23:02

prions...

Russalka 01/12/2006 22:09

Il remonte en souvenirun sublime poème d'Eluardle tien  y fait écho avec une musique pleine d'allanten ces temps où les libertés sont étrangléesrappeler que cela existec'est beau et bienMerci!

Faux rêveur 01/12/2006 22:19

merci à toi :-)

vincent 01/12/2006 12:54

liberté chérie j'écris ton nom,
Epicurien tu oublies le son
que peut parfois prendre
les cris, quand il ne reste que des cendres,
des enfants victime de guerre ou de secheresse
où un virus ne leurs permettent pas d'ateindre la vieillesse
Liberté chérie, j'écris ton nom ... 

Faux rêveur 01/12/2006 12:57

Dois-je prendre ça pour une critique ? mmm j'hésite ;-)