Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 11:28
Le temps
défile, le temps s'efface

Restent les espoirs, les rêves
en suspens, "jusqu'à la trêve"

Reste l'envie inexprimée
presque oubliée

Et le temps passe, passe
et l'eau dort

Et personne ne se méfie, le temps passe
et l'eau dort, encore
et encore

et... 

un remou, briseur d'apparences
deux fois rien pourtant, il faut bien
que le dormeur se retourne parfois
il faudrait presque s'en excuser pourtant

d'être encore, au fond de ses rêves
celui qu'on était avant

Parce que le temps
défile, le temps s'efface
et il faudrait que l'homme accepte
qu'il renonce qu'il change et même à la fin

qu'il soit

ce que d'autres ont fait de ses pas.


Mais je ne le suis pas.


Il y a des choses sur lesquelles le temps n'influe pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Bosseaux - dans Poésies
commenter cet article

commentaires

LANGLAIS 09/10/2009 19:43


la vie est une source  qui prend de la force et devient torrent pour s'assagir en un fleuve tranquille parfois remué des remous de l'âme pour finir en étang asséchéoù croasse encore quelques
grenouiles du passé.


j'ai bien aimé ton poeme ne réveile pas le dormeur le rêve est si beau
amicalement,


Anne H 06/09/2009 01:07

J'ai lu et relu ce poème avec délice!Les mots sont beaux et si chargés de sens...J'ai également beaucoup aimé la dernière réponse que tu as apportée, très touchant et tellement vrai tout ça...Bravo et merci pour ce moment suspendu...Anne (anciennement Flora:)

Michel Bosseaux 06/09/2009 09:10


merci pour tous ces compliments, Anne :-) Et heureux de te recroiser, cela fait longtemps, pas vrai ? 


harmonie37 03/09/2009 06:31

Magnifique poème.L'eau ne dort jamais malgré les apparences, les temps changents mais il faut aussi savoir rester l'enfant qui vit en soi alors peut être pas si néfaste de ne pas changer malgrés le temps qui passe.

Michel Bosseaux 03/09/2009 10:07


Merci :-)
Et tu as bien raison : la part d'enfant, la part de rêves, d'ambitions, libres de toutes contraintes, (de tout réalisme aussi parfois), est ce que nous avons de plus vrai en nous. Y renoncer, c'est
peu à peu accepter de n'être plus que des automates sans âmes... 
Après, il n'est pas toujours possible d'atteindre ses rêves. Mais il faut au moins essayer... Il vaut mieux des regrets (pour l'échec s'il arrive) que des remords (pour le temps perdu, les
occasions manquées... tout ce qu'on n'a pas été)


aubert59 02/09/2009 22:24

un beau poème à méditeramitiés

Michel Bosseaux 03/09/2009 10:04


Merci Aubert :-)
 


Rozéfré 02/09/2009 17:19

C'est très beau. Bonne continuation !

Michel Bosseaux 03/09/2009 10:04


Merci :-)