Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:11
Le passé qui s'invite
une photo, un sourire,
une larme qu'on évite
une page tournée, pour pas pire

tout a subsisté, juste là
ancré gravé, à coeur ouvert
on dit qu'il suffit de laisser le temps passer
et construire, pour que s'efface hier
pourtant les numéros, les mots
chaque moment, jusqu'au dernier
tout me revient et c'en est trop

je n'étais pas prêt à te revoir

mais ce sourire, je vais le garder
dans ma mémoire, ton sourire que j'espérais
dans ta vie, loin, moi qui ne pouvais que te détruire
ton sourire qui ne gomme rien, mais il est


peut-être pourrais-je enfin cesser
de perdre le mien quand me souvenir déchire
peut-être pourrais-je exister
hors de cette ombre qui ne me désire
pas, cette ombre où je n'avais pas ma place
cette ombre dont j'ai trop longtemps masqué
la beauté du monde autour

peut-être pourrais-je me souvenir
où j'ai jeté la clé
et libérer cette moitié de moi
fidèle seulement à un souvenir
une chimère

peut-être pourrais-je enfin être entier
pour cette vie à inventer d'urgence
et pour celle qui l'a tant mérité
qui m'accompagne dans chaque errance

et vaut bien un meilleur chemin...



Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Bosseaux - dans Poésies
commenter cet article

commentaires

mailyse 19/07/2009 11:25

Sur le chemin de l'errance, il y aura toujours ta bien-aimé qui viendra té'accompagnera pour te sentir moins seul tu y percevra son sourire et à force de jalonner tes pas l'amour renaîtra de plus bel...Très jolis mots...Bon dimancheAmicalement Maïlyse

nanou 11/03/2009 19:28

Michel, cette même personne a tenu des propos déplacés à propos de mes créations graphiques et de mes dessins sur mon blog, me disant que ce n'était même pas digne d'un élève de première année d'art plastique. Je pense que cette personne n'a pas compris que toi comme moi ne visons pas l'excellence, et que l'essentiel dans la vie c'est de se faire plaisir, tout en étant bien conscient que nous ne sommes que des amateurs du mot, du dessin ou autre... et que nous ne cherchons pas à imiter "les grands".... mais à créer, à parler, à dire avec notre propre sensibilité et notre propre style...C'est triste d'avoir une vision de la vie aussi cloisonnée où tout doit être forcément abouti, beau, parfait, et tirer vers l'excellence..... C'est comme cela que l'on finit par voir des "feintes" partout...PS : si tu me lis, peux-tu stp répondre aux différents mails que je t'envoie... d'avance, merci

pseudonymes1 05/03/2009 22:31

Il y a un élément que vous n'avez pas compris. Je ne vous condamne pas pour être différent. Vous sortez une différence hypothétique pour vous donner le ton d'une justification par la différence. Je relève, au contraire, votre similitude. La similitude de tous ceux qui font dans le sentiment, l'amour ou la souffrance (feinte) pour "faire" poétique.

Michel Bosseaux 05/03/2009 22:48


il y a bien "différence" puisque vous opposez votre vision de ce que doit être "la poésie" (l'idée que vous vous en faites) à ma façon d'écrire.

Que certains se permettent d'écrire sur les sentiments semble insupportable pour vous. Ou j'ai mal compris ? Si c'est le cas, vous devez avoir un travail fou à commenter les milliers de gens qui
écrivent à ce sujet sur le net. Ou alors vous me faites une faveur. Mais peu importe finalement parce que quel que soit votre objectif, vous vous trompez de cible. Je ne suis pas publié, je ne fais
rien pour l'être, je ne prétend à rien qu'à mon petit espace de liberté et de partage. Que certains n'y trouvent pas leur compte... et même que ce soit la majorité... c'est somme toute très
naturel.

Ca ne m'empêchera jamais d'écrire et de partager.


 


pseudonyemes1 05/03/2009 01:11

Est-il possible - ô grand diable - possible, une fois, de lire un poème de la part de quelque'un qui est capable de sortir du racolage horrible du sentiment amoureux ? Si Boileau prévoit qu'il faut être amoureux pour être poète, il prévoit également un art poétique qui s'éloigne, là, du canon. Soyez poète ou envoyez une lettre ouverte à votre femme, ou votre ex... Mais cessez d'encombrez la poésie avec ces mêlis-mêlos insupportables de prêchis-prêchas sans saveur.

Michel Bosseaux 05/03/2009 22:24


J'ai toujours trouvé suspecte cette volonté de certains de définir la poésie précisément, et de rejeter ce qui ne correspond pas à la définition. La poésie est multiple, il y a eu de tout temps des
courants divers, c'est ce qui permet aujourd'hui à chaque personne qui parle de poésie d'en avoir sa propre idée, sans carcan castrateur, et de continuer à la faire évoluer.

Rime ou pas rime, expression des sentiments ou pas, poème "de circonstance" ou non... ce n'est, au bout du compte, qu'une question de goûts. Chacun cherche ce qui lui correspond... et c'est normal.
Mais d'où vient ce besoin de juger et condamner ce qui est différent ?

Je me permettrai aussi de sourire du fait d'être ainsi jugé par quelqu'un qui semble avoir une opinion très arrêtée, la volonté de la défendre... mais qui n'a pas le courage de cette opinion. Un
pseudonyme, pour un tel commentaire, désolé mais ça casse l'effet.

Je conclurai en disant que je n'écris pas pour plaîre aux donneurs de leçons ou aux gardiens d'un dogme quelconque, j'écris sur le thème que je veux quand j'en ressens le besoin, et je partage le
résultat parce que j'ai compris que mes mots pouvaient faire écho chez certains. Je ne prétend pas que ce soit le signe d'une grande qualité d'écriture. Libre à chacun d'aimer ou pas, et de le dire
ou pas. Libre à ceux qui écrivent d'en tenir ensuite compte ou pas. Dans le cas présent, ça ne me fera pas cesser d'écrire.

Désolé pour vous par avance si vous vous sentiez obligé de revenir me lire...


Sergela 04/03/2009 21:41

Hunnnn j'adore ton blogue. Quand je passerai ici je saurai que je vais calme en parcourant de beaux textes et je me laisserai emporter, merci