Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 06:56
Ce texte a été écrit sur la liste #001 du projet "Retour de flammes". Pour voir l'ensemble des listes, et m'en proposer vous-mêmes, cliquez ici.

#001
Béa

âmes, enlacé(s), terreur, feux, cliquetis,
fourrure, signes, musée, flamboyant, horloge,
aiguille, vitre, baiser, journal, catastrophe, glacial




Ils n'auraient jamais pu imaginer que les choses tourneraient aussi mal.

Au début, cette idée romantique de se laisser enfermer dans un musée, une nuit, pour rester enlacés sous la protection bienveillante des toiles de maîtres, les avaient séduits tous deux. Passionnés d'art autant que l'un de l'autre, Lea et Remy avaient immédiatement décidé que ce ne resterait pas qu'une fiction imprimée dans le journal de la fac, qu'ils allaient le faire aussi.  Et puis, Edouard, l'oncle de Remy était gardien de nuit dans le musée sur lequel ils avaient arrêté leur choix. Il fermerait les yeux, du moment que rien ne manque au moment de l'inventaire.

Tout était donc parfait.

Mais là, à peine 10 minutes et un baiser après avoir mis leur projet à exécution, tous les signes d'une catastrophe imminente s'accumulaient, plongeant les deux jeunes gens dans une terreur sans limite. Poursuivi par des hurlements atroces, des éclats flamboyants dans les vitres, suffoqué par la fumée qui était venue soudain comme s'ils avaient été cernés par des feux pourtant introuvables, ils couraient maintenant vers ce qu'il croyait être une sortie, cette petite porte dont Edouard leur avait donné la clé.

Mais malgré les cliquetis indiquant que c'était la bonne clé, la porte refusait de s'ouvrir.

Les hurlements étaient plus proches maintenant, et ils se sentaient envahis par un froid glacial en pensant à leur mort prochaine, quand ils réalisèrent soudain que s'ils avaient si froid, c'est qu'une des fenêtres avaient été brisées. Dans les éclats, ils aperçurent ce qui semblaient être des traces de fourrure ensanglantée. Cela confirmait leur pire cauchemar : une bête fauve était rentrée ici, venue d'ils ne savaient trop où, et il fallait qu'ils sortent au plus vite.

Le coeur battant au rythme des aiguilles de la grande horloge du hall, Léa et remy se précipitèrent dehors par la fenêtre, et ne s'autorisèrent à respirer qu'une fois retrouvé le confort de leur voiture. Ils ne comprenaient pas ce qui s'était produits, ils n'avaient pas vraiment vu... mais là, ils ne pouvaient nier les flammes qui dévoraient le bâtiment, et cherchaient une explication. Car un animal sauvage n'aurait pu à lui seul expliquer cela.

Ils repartirent finalement, comme deux âmes damnées, sans avoir rien compris.

Quand la police vint les chercher le lendemain, ils ne comprirent pas plus.

Le musée avait été cambriolé, le feu était une diversion pour tenter de masquer les traces. Edouard avait manifestement été agressé et son état était sérieux. Les caméras les accusaient, on les voyait passer et repasser dans le hall, avec le grand sac de léa qui aurait très bien pu contenir quelques toiles. Leur compte était bon, sauf qu'ils n'avaient rien fait. C'est ce qu'ils ne cessèrent de répêter, mais sans pouvoir dire la vérité sur leur présence dans ce musée, ne voulant pas causer d'ennuis supplémentaires à Edouard.

Ils furent condamnés.


Edouard, lui, se rétablit fort bien, et changea complètement de vie. Traumatisé par cette nuit terrible (c'est du moins l'explication qu'il donna), il décida de dépenser ses économies, venues d'un héritage, pour partir au soleil...

En fait d'héritage, la revente de 4 toiles de maître au marché noir avait suffi à faire sa fortune définitivement, et il tenait à mettre autant de distance et de frontières que possible entre lui et les autorités, au cas où la supercherie serait découverte.

Allongé sur la plage, il souriait en repensant à son neveu et à sa bécasse de petite amie. Avec leur si belle inconscience, ils lui avaient offert la possibilité de s'évader de cette petite vie qu'il menait jusque là. Les terrifier avait été si facile, avec quelques effets spéciaux, des hurlements préenregistrés, des fumées lancées par la ventilation avant le vrai feu, la clé de la fausse porte qu'il leur avait donnée, et le clou du spectacle, la fourrure ensanglantée... il avait tout prévu, et tout avait fonctionné à la perfection. Jusqu'à ces deux crétins qui n'avaient même pas tenté de le dénoncer, d'expliquer ce qu'ils étaient vraiment venus faire là.

"Tant pis pour eux" pensa-t-il, avec un grand sourire. Sa chance s'était présentée, et il l'avait saisie.

Le reste n'était définitivement plus que du passé.


Partager cet article

Repost 0
Published by Michel - Faux rêveur - dans Recueil : Retour de flammes
commenter cet article

commentaires

Francisco 14/10/2008 19:08

Bonsoir.Merci pour ton texte que je viens de lire, je vais revenir pour lire les autres textes. Tu as beacoup d'imagination.Au plaisir de te lire

Michel - Faux rêveur 16/10/2008 11:50


merci :-)


yara 12/10/2008 12:17

ça me fait penser a un de  mes délires, qui serait d'etre enfermée (avec quelqu'un ou non) dans un magasin style Ikéa, la nuit... ;)

Michel - Faux rêveur 12/10/2008 15:14


héhé on est plusieurs à avoir ce genre de fantasmes on dirait ;-) Bref j'ai voulu jouer un peu avec ça... :-)


zazou 08/10/2008 13:23

Oh ben c'est un vrai salopard cet édouard. Et les flics ne sont pas doués.Mais j'imagine que certains esprits tordus seraient capables de faire ça dans la réalité.Bravo pour ton texte et merci pour tes encouragements

Michel - Faux rêveur 09/10/2008 17:16


Merci à toi pour ce commentaire... oui, il y a des gens comme ça dans la réalité malheureusement. Et les flics s'arrêtent souvent aux indices "évidents" ...


Harmonie 07/10/2008 19:51

Intéressant !Mais (je suis une emm***) je me suis doutée de la fin avant de la lire... J'aurai préféré une partie "avant chute" plus longue. Là, on a la solution aux deux tiers du texte. ce serait plus percutant à mon sens si la chute était plus courte... (mais comme déjà signalé je suis une emm***). ce texte est très bien ! Très prenant.PS : bien sûr que tu peux prendre ma photo pour Ecriture Ludique.

Michel - Faux rêveur 08/10/2008 08:06


mmm non je ne trouve pas que tu sois une emm..., juste une lectrice passionnée qui s'investit vraiment dans les textes qu'elle lit :-) C'est agréable, pour celui qui écrit, d'avoir ce genre de
lecteurs :-)

PS : pour la photo, OK alors. Elle sera dans le prochain planning d'EL, un planning très riche comme tu le verras :-)


nanou 04/10/2008 14:00

Quel personnage malsain cet Edouard ! Nanou

Michel - Faux rêveur 06/10/2008 10:08


C'est clair, on n'aimerait pas en avoir un comme celui-là dans sa famille... :-)