Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 09:30
#022 Darkia (sur forum OB)
Ce texte était à écrire pour le 03/09/2007 (thème communauté "Ecriture ludique")
cabine / favoriser / massacre / langage / lumière / accueil / ami / phénomène / patience / exquis.


L'ensemble des listes reçues dans le cadre du projet "logorallyes", et ce que j'en ai fait jusqu'ici, est consultable ici.



L'eau coulait sans discontinuer depuis des heures déjà. Du fond de la cabine de douche, plus le moindre bruit ne se faisait entendre à travers le déferlement furieux du phénomène liquide. Au début, elle avait hurlé longuement, puis pleuré, les deux ensemble. Maintenant, Marie était recroquevillée en position foetale, se balançant à peine, d'avant en arrière, bouche grande ouverte, sans plus émettre le moindre son.

Son regard était fixe, et comme planté en dedans d'elle-même, profondément. Elle n'avait plus la moindre conscience de l'eau, qui allait peu à peu lui détruire la peau, pas plus que de la pièce autour restée sans lumière, et plus loin encore, des bruits diffus de coups à sa porte, comme les voisins avaient commencé à s'inquiéter de cette douche ininterrompue.

Quelque part au fond d'elle, il restait une toute petite partie à peine lucide, qui n'aurait su dire pourquoi il lui fallait se lever maintenant, sortir de là où elle était, où que cela puisse être, et aller se coucher. Une petite voix qui n'aurait su les mots pour convaincre le reste de son esprit, désormais au delà de tout langage, de toutes pensées.

Elle continuait à se balancer, imperceptiblement, encore et encore et ...

Ses yeux se fermèrent d'eux-mêmes finalement, sans qu'elle perçoive la différence.
Elle s'endormit, là, sous la douche toujours ouverte.



Ils avaient défoncé la porte. Les voisins. Le propriétaire était en vacances, impossible de trouver une clé, et un dimanche soir, pour un serrurier...
Ils avaient coupé l'eau. Puis, le SAMU était venu, et l'avait emmenée.

Marie avait la peau, les chairs, affreusement gorgées d'eau et brûlées. Cela allait être difficile de la soigner, et sans doute la peau ne se réparerait-elle jamais. "Un vrai massacre", avait dit un médecin, la pensant inconsciente, à quelqu'un qu'elle n'avait pas reconnu.

Elle s'était réveillée à l'hôpital, sans savoir précisément quand ni où elle était, ni pourquoi d'ailleurs. Mais une force en elle lui avait imposé la patience. Alors, elle n'avait pas fait de bruit, pas ouvert un oeil, guettant la moindre bribe de voix à son chevet, écoutant son corps également lui raconter sa part de l'histoire, au travers de douleurs qui, malgré les calmants, dépassaient tout ce qu'elle avait pu endurer dans sa vie... pour autant qu'elle s'en souvienne en tout cas.

Elle sortit peu à peu de l'épais brouillard qui avait, un temps, pris sa place dans son esprit.

Pour favoriser sa guérison, les médecins l'avaient entièrement recouverte d'une sorte de bandage absorbant. Il fallait d'abord que l'eau s'évacue pour pouvoir juger de l'étendue des dégâts, elle avait compris le principe dans les mots de ce médecin, continuant à parler à cette autre personne... peut-être sa mère. Elle n'en était pas complètement sûre, mais cette voix lui parlait de famille, d'un lien profond auquel elle ressentait un besoin immense de se cramponner pour ne pas couler.

C'est quand ils parlèrent des traces de coups qu'elle se souvient de tout.



Ce furent d'abord des flashs sans continuité, des sensations éprouvées comme au travers d'un épais manteau cotonneux, diffuses et fuyantes. Elle sous la douche brûlante, hurlant de désespoir... deux corps nus sur un lit, la chaleur des ébats, mais une mauvaise chaleur, le malaise, le refus... un visage dans l'encadrement de la porte, souriant... des vêtements qu'on déchire, des mains qui frappent, contraignent...

Elle sentait monter les larmes, comme la scène se précisait lentement, et que les différentes pièces du puzzle sordide s'agençaient dans le bon ordre.

Elle avait tout préparé pour lui, pour lui faire bon accueil. Ils étaient amis, mais elle n'excluait pas que les choses aillent plus loin entre eux, au contraire. Il lui fallait seulement un peu de temps. Un mariage raté, un ex envahissant, quelques amants de passage arrogants et brutaux, l'avaient incitée à plus de prudence dans ses relations. Elle voulait se reconstruire dans la douceur, ne plus être une chose, mais quelqu'un. Elle voulait tant de choses, et le regard de son ami lui disait qu'il avait bien compris.

Les premiers moments de la soirée avaient été exquis. Ils avaient diné, parlé, ris... un peu bu, aussi. Peut-être trop. Les souvenirs l'emmenèrent vers le canapé, elle et lui verre à la main, riant presque sans interruption.

Puis elle fut prise de nausées violentes, et lutta pour ne pas se rappeler. Mais la mémoire était trop lourde de ces secondes qui avaient bien failli la rendre folle, alors elle ne put que revivre tout, impuissante à endiguer le flot.

Il avait posé son verre, l'avait regardée très longuement, intensément. Puis, ils s'étaient embrassés. Et ce baiser avait été si doux...

Ses mains l'avaient enveloppée de caresses, et elle se sentait au paradis. Ce n'est que quand il avait tenté de lui déboutonner son chemisier qu'elle avait reculé, un peu honteuse, en lui demandant pardon. Elle n'était pas encore prête pour ça.

Lui, si.

Il avait insisté, sans douceur cette fois. Elle avait alors tenté de le repousser, puis, prenant peur, avait couru vers la chambre pour s'enfermer. Et appeler à l'aide. Son portable était là, sur la table de nuit.
Mais il avait été trop rapide pour la suivre, plaçant son pied de manière à bloquer la porte.



Marie était secouée de sanglots maintenant. Bientôt, les médecins allaient l'entendre, et accourir. Elle, toute entière replongée dans l'horreur, revivait seconde après seconde la fin de la soirée. Mais les images se faisaient de plus en plus imprécises, les sensations distantes. Et elle ne voulait pas qu'il en fut autrement. 
A quoi bon en effet retrouver la précision des faits, la chronologie exacte ? Aucun mot qui apaise, aucune image qui remplace, même un seul instant, la souffrance du viol. Ses émotions la submergeaient, et elle leur laissait libre cours. Elle devait lâcher complètement prise cette fois, ne pas sombrer encore plus bas en voulant lutter. Il n'était plus l'heure des combats, seulement celle de survivre. Malgré lui.

Il ne l'avait pas brisée. Malgré les insultes, les coups répétés, les tortures diverses... elle avait tenu, sur le fil ténu d'une rage croissante. Et quand il avait eu fini, que le silence était revenu, seulement troublé par leurs respirations, et les bruits qu'il faisait en se rhabillant, cette même rage avait pris le contrôle et lui avait fait payer cher ce qu'il venait de lui faire subir.

Pendant tout le temps qu'il tentait par la force de se l'approprier, n'y parvenant que trop imparfaitement à son goût, ce qui avait redoublé la violence des coups, elle n'avait eu qu'une seule idée en tête, une idée très sombre, tranchante, qui l'avait fait tenir jusque là.

Le revolver dans la table de nuit.

Alors quand il se retourna un instant, cherchant son pantalon, elle bondit sans hésiter, sortit l'arme, et, comme il la regardait à présent, acheva de vider le chargeur avant même qu'il ait réalisé qu'il mourait.
Son regard affolé de bête traquée prise au piège l'avait vengée, au delà de ses espérances les plus folles.
Mais elle se sentait si sale, tellement insupportablement...

Ils l'avaient retrouvée sous la douche, elle se souvenait maintenant. De tout.



Marie ignorait tout de ce qui allait lui arriver, maintenant : son corps détruit par l'eau, la police, son geste... beaucoup de conséquences à assumer, beaucoup d'heures à traverser qui demanderaient une volonté de fer, mais ne dépendraient pourtant plus d'elle.

Prenant sa respiration à fond, elle décida néanmoins qu'il était temps qu'elle affronte, qu'elle fasse le premier pas sur le long chemin qui, peut-être, un jour, si elle avait enfin un peu de chance, l'éloignerait du cauchemar.

Alors elle ouvrit les yeux, à l'instant précis où le médecin entrait dans sa chambre, suivi de sa mère...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

la chieuse76 24/09/2008 20:00

Bonjour Michel,Nous sommes "co-locataires" sur le blog Ecriture ludique et je viens pour la première fois sur le tien. Je découvre alors ce texte qui me laisse sans voix...n'ayant déjà pas trouvé réellement la voie qui mène au "vivre avec"...Bref, je ne viens en aucun cas raconter ma vie, juste applaudir un talent certain!Je suis une nouvelliste acharnée, alors...!:-)Flora

Michel - Faux rêveur 24/09/2008 20:31


Bienvenue dans mon antre :-)
Tu n'as pas commencé par mon texte le plus "évident"... j'espère juste qu'il ne t'a pas trop fait de mal.

Merci en tout cas pour les compliments...


caty 06/05/2008 00:16

L'équilibre entre le réel et les sensations de la victime est parfait.Les personnes fragiles qui ont connu ce genre de situation (pas spécialement le viol) mais les agressions en général, même verbales connaissent ces pulsions d'auto-destruction et en même temps chez certaines cette volonté de faire que même si rien n'est pareil qu'avant, il est de leur ressort intérieur d'en décider. Quand on souffre, on se parle comme l'héroîne le fait, on ne trouve de réconfort que dans un autre moi, resté intact et serein. Celles qui ne le font pas en meurent je pense.Vraiment vos textes sont remarquables. Merci.

Michel - Faux rêveur 06/05/2008 08:13


Merci à vous pour ce partage, et pour vos mots si touchants...


madam'Aga 04/09/2007 13:42

hé bien ,histoire terrible, terriblement bien racontée, n'en rajoute plus, y'a ce qu'il faut !...j'emet juste un doute, sur les effets de l'eau, j'ai sans doute tort, mais j'ai du mal à trouver vraisemblables les effets de l'eau, je ne sais pas pourquoi, je n'accroche pas à ce passage;Et ici : "Quelque part au fond d'elle, il restait une toute petite partie à peine lucide, qui n'aurait su dire pourquoi il lui fallait se lever maintenant, sortir de là où elle était, où que cela puisse être, et aller se coucher. Une petite voix qui n'aurait su les mots pour convaincre le reste de son esprit, désormais au delà de tout langage, de toutes pensées." Je crois qu'il faudrait ,les 2 fois, mettre "qui aurait su".A part ça, le texte est très bien construit, au départ on pense à une forme de suicide, puis au moment où elle se souvient on comprends,les faits sont très bien racontés, juste à la limite pour moi, plus ce serait trop pour moi et le rebondissement est très bien, je ne pensais pas qu'elle l'avait tué.Par rapport au com de Claire et ta réponse, je ne pense pas qu'il y ait de règle sur le sujet, les personnes réagissant souvent fort différement les unes des autres avec des bases identiques (y a qu'à voir nos textes) Je pense que la colère, la rage peut être une véritable porte de sortie....Hé bien voilà un com qu'il est beau...

Faux rêveur 04/09/2007 13:51

Merci pour ce long commentaire... :-)Pour les effets de l'eau, quand tu restes dans l'eau trop longtemps, la peau commence à fripper, gonfler. Projette ça sur 8, 10h, ajoute que l'eau est brûlante, et tu te retrouves avec une peau qui s'abime gravement, des oedèmes sous-cutanés, des brûlures...c'est bien "qui n'aurait su". La part est à peine lucide, elle sait ce qu'il faut faire, mais ne sait plus pourquoi, ni comment en convaincre le reste de la tête.Sinon pour le reste... j'aurais pu ajouter beaucoup plus de détails, et ici ce n'est pas mon vieux problème de description qui m'en a empêché, juste une question d'équilibre. Il n'y avait pas besoin de plus pour visualiser, le "trop" est un ennemi qu'il faut combattre pied à pied. Je ne suis pas pour la surenchère d'effets s'ils ne servent pas le récit. D'autant que dans ce contexte précis, j'aurais fait fuir tout le monde si j'en avais rajouté... heureux donc que tu me confirmes que le dosage est bon comme cela. D'accord avec toi pour la rage...

Gothikarti 04/09/2007 12:16

.... gloups.... eh bien... trop bien écrit... très décrit... on s'y croiraitbiz :0010:

Faux rêveur 04/09/2007 12:35

ce qui ne veut pas forcément dire que tu as "apprécié" ta lecture, dans le cas de ce texte...dsl si cela t'a choquée...

BRONCHAL FERNANDO 03/09/2007 23:05

recit très prenanttilk

Faux rêveur 03/09/2007 23:11

merci de ta lecture :-)