Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Référencement


Mes autres blogs
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 11:14
Ce texte a été écrit dans le cadre du projet dont je vous ai déjà parlé, qui consiste à publier au moins un texte par jour sur ce blog, écrit sur base d'une liste de mots, la plupart m'ayant été proposées par vous. L'ensemble des listes actuellement reçues, et ce que j'en ai fait jusqu'ici, est consultable ici.

#005 Fiona
Vishnou, "cliquez ici", blagues, cendrier, pile de livres, froissé, écharpe, carpette, transparent, tiroir, emporte-pièce



Matt n'avait décidément pas beaucoup changé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu. C'est la réflexion que se faisait Fiona en entrant dans l'appartement de son frère.

Il lui avait encore posé un lapin. Elle avait arrêté de compter, cela valait mieux pour tous les deux. Elle était décidée, que ça lui plaise ou non, à renouer les liens. Elle ne mettrait sûrement pas d'huile sur le feu.
Et puis, pas de chance pour lui : elle avait gardé la clé, la dernière fois. Peut-être l'avait-il oublié, mais pas elle.

Depuis le début, elle savait que ça se passerait ainsi, qu'elle devrait ouvrir la porte elle-même, celle de l'appartement et du coeur de son frère, parce qu'il ne ferait pas le premier pas. Trop sûr que ça n'en valait pas la peine, qu'il resterait quoi qu'il fasse le paria de la famille.
Elle allait donc faire le pas à sa place, et lui dire ce qu'elle en pensait, les yeux dans les yeux. Il ne pourrait plus nier.


Son regard balaya la pièce une nouvelle fois. Elle hésitait encore sur la meilleure façon de qualifier la décoration intérieure du lieu... post-moderne ? Labyrinthique ?
Un vrai foutoir, finit-elle par trancher.

Elle se fraya un passage au milieu des piles de livres, hautes d'au moins un bon mètre, posées à même le sol, évita de peu d'exploser le cendrier plein qui se cachait entre deux d'entre elles, particulièrement instables d'ailleurs... Elle referma le tiroir du bureau, qui bloquait sa progression, et parvint enfin jusqu'à l'ordinateur, dont l'écran allumé l'avait attirée comme un aimant.

"Pour que la force de Vishnu descende en vous, cliquez ici ! (carte de crédit exigée)"
"Quelles blagues", pensa-t-elle, se retenant de pouffer. Mais ce n'était pas drôle. Depuis longtemps, Matt recherchait dans toutes les philosophies, même les plus folles ou mensongères, une paix qu'il ne parvenait pas à trouver en lui-même.

Tant qu'il refuserait tout contact avec elle, ça ne s'arrangerait sûrement pas.

La famille était le vrai noeud du problème. Il fallait crever cet abcès, que son frère comprenne qu'il n'était pas seul, et cesse enfin d'être la proie trop crédule de tous les charlatans et escrocs, du net et d'ailleurs, qui prétendent pouvoir sauver votre âme, pour autant que vous ne teniez pas trop à votre argent.
Comme Matt n'en manquait pas, il ne voyait pas le problème. Au contraire, il lui reprochait ses jugements "à l'emporte-pièces", comme il disait. Elle n'avait soit-disant pas l'esprit assez ouvert.

Ce qu'il ne fallait pas entendre...


Se détournant de l'écran, Fiona reprit sa progression vers la chambre de Matt, seule pièce où elle pouvait espérer le trouver, la porte de la salle de bain restée ouverte éliminant les autres options.
Au passage, elle se prit les pieds dans une écharpe, tendue entre deux piles de livres, bien calée, et s'effondra sur une carpette crasseuse, seul gardien de cette porte qu'elle brûlait d'ouvrir maintenant, pour décharger une colère montante. Les livres retombant sur elle ne la calmèrent pas.

Elle se releva, tourna la poignée...
Il n'était pas là.

Le lit n'était pas refait, les draps froissés. L'atmosphère était irrespirable.

Fiona ouvrit toutes les fenêtres, puis, pour passer le temps en attendant son frère, elle fouilla un peu parmi les livres de l'appartement.


Elle attendit jusqu'au soir. Mais Matt ne revint pas.

Elle soupira, le front appuyé contre une vitre, à peine transparente tellement elle était crasseuse. Elle regardait la ville s'éteindre peu à peu... n'espérant plus qu'il revienne.

Alors elle referma une à une les fenêtres, sortit de l'appartement, et descendit lentement l'escalier.
Arrivée dans le hall, elle hésita à glisser les clés dans la boîte aux lettres. Un sentiment profond d'abandon prenait possession d'elle.
Mais dans un dernier sursaut de volonté, elle remit les clés en poche.
Non, elle ne renoncerait pas à lui.

Elle sortit dans la rue. La nuit avait fini de tomber, et c'est dans le noir qu'elle avança jusqu'au coin de la rue, pestant contre ce frère qui lui manquait tant.


Elle ne remarqua pas la silhouette, repliée dans l'entrée de l'immeuble en face. Un homme qui la fixait, comme à l'affut.
Comme elle tournait le coin, il commença à se diriger vers son immeuble, vérifiant nerveusement qu'elle ne revenait pas. Il allait retrouver son appartement, sa tranquillité. Il allait pouvoir oublier cette journée.


Fiona avait une sensation étrange, comme une boule au creu du ventre. Cédant à une folle impulsion, elle fit demi-tour, et revint à pas discrets jusqu'au coin de la rue.
Il se retourna juste à ce moment.

Matt et son regard d'animal traqué. Fiona des larmes plein le visage.

Ils marchèrent lentement vers l'immeuble, entrèrent ensemble sans un mot, et montèrent sans hâte, presque au ralenti, comme s'après un accident grave, quand tout autour se fige presque, le temps entier aspiré par l'évènement.

Il n'avait pas pu dire non à ses yeux. Elle n'aurait jamais cru qu'il pu ainsi avoir peur de l'affronter.


Ils avaient beaucoup à se dire. C'est ce qu'ils firent toute la nuit, entamant à peine une longue conversation.

Tellement longue qu'elle dura des années. Ils ne cessèrent plus de se voir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

polly 31/08/2007 14:22

Bien sûr que le commentaire précédent était destiné à la boue. J'ai dû avoir un problème de touche... J'aime aussi beaucoup ce texte parce comme celui de la boue, il est sur le fil des mots, tu nous laisses  des intervalles pour inventer la vie qui va avec et j'adore ça.

Faux rêveur 31/08/2007 14:48

oui c'est ce que j'aime faire, je suis plus dans la psychologie, les ambiances, que dans le détail à tout prix... après, le lecteur y ajoute son univers ou bien trouve que ça sonne creu, ça ne m'appartient plus... J'aimerais bien être capable de plus décrire, remarque, mieux poser les personnages et les lieux dans leur réalité physique. Mais comme en toute chose, il faut éviter d'en faire trop...

polly 28/08/2007 11:59

Bonjour Fau Rêveur,Belle écriture que voilà! Le thème est délicat et justement vous l'avez traité avec délicatesse. Tout est feutré y compris la violence. La sourde émotion qui transpire nous saisit ainsi bien plus fort. Et ces chemins de boue que j'aime tant arpentés auront pour moi une saveur différente.

Faux rêveur 28/08/2007 12:03

merci pour votre lecture :-)Ce commentaire est-il bien destiné au texte "premier pas" ? Ou est-ce de "La boue" qu'il s'agit ? Dans les deux cas, vos compliments me touchent beaucoup, merci encore :-)

giliberti michel 27/08/2007 22:04

Quel travail! Quel début dans la fin... bravo et à très bientôt,MichelMerci pour le lien, je ferai la même chose dès que possible.

Faux rêveur 27/08/2007 22:14

merci de ta visite :-) Le compliment me touche :-)Pour le lien, il n'y a rien d'obligé, c'est déjà très gentil d'y penser :-)

Jer 27/08/2007 16:43

J'ai particulièrement bien aimé cette histoire, touchante et très prenante.Cette cassure familiale qui tente malgré tout de se recoller !

Faux rêveur 27/08/2007 16:52

merci :-)

Kildar 27/08/2007 15:18

Allez je te laisse le dernier mot chez toi...Mais tu promets de continuer à écrire hein... Fais pas le zouave 8-)

Faux rêveur 27/08/2007 15:23

comme dit sur ton blog, c'est prêt à sortir là, faut que j'y aille !mais difficile avec toi qui me retiens lolje m'en voudrais de te laisser sans réponse ;-)